Chaque version du Joker classée du pire au meilleur

Par Chris Sims/23 juin 2017 13 h 05 HAE/Mis à jour: 4 octobre 2019 11 h 44 HAE

Le Joker est incontestablement l'un des plus grands méchants de l'histoire de la bande dessinée. En tant qu'ennemi juré de Batman, il terrorise Gotham City depuis ses débuts en 1940, avec des crimes allant des vols de banque à une tentative d'être le premier homme à commettre un meurtre sur la lune, et jusqu'à une destruction généralisée qui a laissé une ville entière se sont transformés en zombies souriants déterminés à détruire - et convenant à un personnage aussi formidable, sa popularité ne s'est pas limitée à la bande dessinée.

Malheureusement, alors que la grandeur du Joker a donné lieu à de véritables performances, le bilan du personnage en dehors des bandes dessinées n'est pas exactement impeccable. Avec plus d'une douzaine d'apparitions majeures à la télévision, au cinéma et dans les jeux vidéo, les interprétations variées du Clown Prince of Crime ont jeté un filet assez large d'étonnant à terrible, et nous avons pris le temps de les classer toutes du pire au meilleur.



Vous voulez voir lequel règne en maître et lesquels ne peuvent tout simplement pas le couper? Continuer à lire!

Scooby Doo Joker (Larry Storch)

Malgré son arrivée en dernier mort sur notre liste, la version du Joker qui est apparue sur Les nouveaux films de Scooby-Doo n'est pas impardonnable, ce qui est regrettable en quelque sorte, car ce serait au moins amusant d'en parler. Ce mec est juste à plat ennuyeuse, au point d'être fonctionnellement indiscernable de tout autre cinglé qui s'est déguisé en monstre pour simuler une hantise avant d'être finalement vaincu par une bande de gamins d'ingérence. Et cela pourrait être un problème encore plus grave.

C'est une chose que Batman doit retirer - c'est comme un insigne d'honneur supervillain - mais le Joker et le Pingouin restent deux des seuls méchants qui ont réussi à effrayer Scooby-Doo, un personnage qui se définit littéralement par la peur de tout. Ils finissent par faire le contraire, prévoyant d'effrayer le gang et finissant par inciter Scooby à les chasser avec la vue de délicieux os. La seule façon qui aurait pu être un pire plan était de s'habiller en sandwichs improbables.



L'échec dévastateur présenté ici ne fait que cimenter la position du bas du canon qui Scooby Doo's Joker gagné. La seule chose qui mérite vraiment d'être mentionnée à son sujet est qu'il a été joué par le comédien vétéran et acteur Larry Storch, et soyons réalistes ici: ce n'est vraiment intéressant que si vous êtes le genre de personne qui aime se lancer dans des anecdotes hardcore sur le casting F-Troop.

Les nouvelles aventures de Batman Joker (Lennie Weinrib)

Si jamais vous voulez développer une toute nouvelle appréciation pour Batman: la série animée, prenez le temps de retourner en 1977 pour Les nouvelles aventures de Batman et sa liste de parcelles minces comme du papier et des conceptions de personnages extrêmement hors-modèle. Sérieusement, inverser les couleurs du logo de Robin est une chose, mais le Riddler apparaît dans un costume rose vif et Catwoman se promène vêtue d'une chemise jaune avec un lion dessus comme si elle revenait tout juste d'une excursion de troisième année au zoo ? Ce sont des choses rugueuses, mes amis.

Étonnamment, le Joker a réussi à échapper à cette faille particulière de la série, mais `` il ressemble beaucoup à ce qu'il fait dans les bandes dessinées '' est à peu près la seule bonne chose que vous puissiez dire à son sujet. Son accomplissement majeur pendant toute la série de 16 épisodes de la série a été de perdre une élection au poste de président des criminels lorsque le pingouin a inventé une substance psychotrope appelée «crime slime».



Mettez de côté un instant le fait que la tenue d'une élection pour le président du crime est un concept vraiment étonnant, et que le Joker annonce sa candidature en traversant un mur et en jetant littéralement des poignées d'argent, et considérez ceci: si vous le pouvez '' t gagner une élection contre le pingouin, que faites-vous même?

Fils de Batman Joker (Dee Bradley Baker)

En toute honnêteté, nous n'avons inclus le tour de Dee Bradley Baker en tant que Joker sur cette liste afin d'être aussi complet que possible. Ce n'est pas pour frapper le gars, mais comme l'apparition du Joker dans Fils de Batman se limite à apparaître comme une ombre sur un mur et à laisser échapper un (1) rire - exactement huit hectares, pour ceux d'entre vous qui suivent - nous n'avons pas vraiment grand-chose à faire.

Super Friends Joker (Frank Welker)

le Super amis saga a duré huit ans sous divers titres, mais grâce à certains problèmes de droits avec Les nouvelles aventures de Batman, le Joker n'est apparu qu'une seule fois, dans 'The Wild Cards' en 1985. En soi, ce n'est pas une mauvaise chose, car beaucoup de grands méchants sont mieux utilisés avec parcimonie, mais le problème est que le Joker est à peine impliqué dans l'intrigue.

Au lieu de cela, la prémisse de l'épisode implique Darkseid - le dieu de l'espace tout-puissant dont le mal englobant se manifeste principalement en donnant aux voleurs de banque le pouvoir de voler les banques plus efficacement - formant le Royal Flush Gang sur le thème des cartes à jouer, avec le Joker déguisé comme Ace. Encore une fois, ce n'est pas un mauvais plan, mais si votre histoire appelle un méchant blanc craie nommé d'après une carte à jouer pour se déguiser en un méchant blanc craie différent nommé d'après une carte à jouer, peut-être que les choses deviennent un peu inutilement compliquées.

D'un autre côté, cela s'est traduit par une figurine assez fantastique.

Young Justice Joker (Brent Spiner)

Vous connaissez ces t-shirts ringards où quelqu'un vient de dessiner, comme Finn et Jake de Temps de l'aventure se promener dans le DeLorean de Retour vers le futur ou peu importe? Jeune justiceLa version du Joker ressemble beaucoup à ça, mais se prolonge en un personnage qui menace un tas de super-héros adolescents pendant 22 minutes. Il est le Joker, mais il ressemble à David Tennant en tant que docteur et est exprimé par Brent Spiner de Star Trek: la prochaine génération.

Sur le papier, ce n'est pas une idée terrible, et à son crédit, Jeune justice a eu de la chance avec son casting de célébrités - Danny Trejo en tant que Bane est probablement la meilleure chose que le spectacle ait jamais fait - mais le résultat final est qu'il est éclipsé par ... enfin, par au moins neuf autres versions du personnage.

LEGO Batman: le jeu vidéo (Steve Blum)

Voici l'étrange chose à propos de la performance de Steve Blum en tant que Joker: ce n'est vraiment ici que sur un plan technique. Ce n'est pas un coup contre Blum en tant qu'acteur - c'est l'un de ces doubleurs extrêmement prolifiques qui a été à peu près tout ce que vous pouvez imaginer, y compris en tant que voix de Wolverine dans une douzaine de projets - mais a plutôt beaucoup à voir avec la façon dont ces jeux étaient structurés.

Vous voyez, le gag original avec les intrigues des jeux LEGO est que depuis qu'ils adaptaient des franchises incroyablement populaires comme Guerres des étoiles, Harry Potter, et Indiana Jones, les développeurs pensaient que tout le monde jouant aux jeux connaissait déjà l'histoire. Cela leur a donné la liberté de présenter leurs versions comme une version pantomime slapstick, avec tous les dialogues que les joueurs connaissaient déjà par cœur remplacés par des murmures incompréhensibles et une réaction sans mot occasionnelle.

LEGO Batman, d'autre part, c'était la première fois que la franchise plongeait son orteil dans une histoire originale, mais ils ont gardé les styles de pantomime pour la première sortie. En conséquence, Blum a prêté sa voix à Batman et au Joker (avec une poignée d'autres personnages), mais n'a pas fini par faire beaucoup plus que quelques grognements et un ou deux éclats de rire maniaque dans le rôle.

Le chevalier noir retourne Joker (Michael Emerson)

Dire le rôle du Joker dans une version animée du classique de Frank Miller Le retour du chevalier noir présenté un défi met les choses assez doucement. Non seulement les acteurs et l'équipe ont été chargés d'adapter une histoire que de nombreux lecteurs considéraient comme le l'histoire définitive de Batman, mais le Joker lui-même passe de l'histoire presque catatonique en l'absence de son éternel partenaire d'entraînement à une vague de tueries massives diffusée en direct à la télévision, conçue dans le seul but d'attirer Batman dans une confrontation finale.

Plus que presque toute autre interprétation du personnage, celle-ci nécessitait une portée, et en l'absence du candidat idéal - Cesar Romero aurait fait le parfait Joker de retour à la retraite, mais malheureusement décédé en 1994 -Personne d'intérêt la star Michael Emerson a obtenu le poste. Il fait des choses intéressantes avec la partie, mais elle ne se tient pas aussi bien qu'elle le devrait. Sa prestation plate et désaffectée dans les premières parties de son arc, jouant en face de Conan O'Brien en tant qu'animateur de talk-show, ne se révèle pas vraiment comme une personne qui ne se soucie pas de la vie des gens qui l'entourent, qui va de les tuer tous pour atteindre la seule personne qui Est-ce que matière.

Ce n'est qu'à la fin du film, lorsque le Joker se bat contre Batman pour la dernière fois, se délectant de sa propre mort, que le jeu d'Emerson atteint un pic de fièvre qui sert vraiment l'histoire.

LEGO Batman: The Movie - DC Super-Heroes Unite (Christopher Corey Smith)

Si vous avez aimé le film LEGO Batman sur grand écran, alors nous avons de bonnes et de mauvaises nouvelles. La bonne nouvelle est qu'il y a déjà un deuxième film LEGO Batman que vous pouvez regarder - et en fait, il est disponible sur la vidéo personnelle depuis 2013! Mais voici la mauvaise nouvelle: c'est vraiment juste une adaptation élargie du scénario du LEGO Batman 2 jeu vidéo.

Vraiment, cependant, ce n'est que de mauvaises nouvelles si vous avez déjà joué au jeu. Si vous ne l'avez pas fait, l'histoire réelle est vraiment amusante, avec le Joker et Lex Luthor qui s'associent pour terroriser Gotham City avec un faisceau laser qui peut déconstruire tout ce qui est fait de briques noires LEGO, comme, disons, tout ce que Batman possède. Le doublage est solide aussi, surtout depuis que Clancy Brown reprend son Superman: la série animée et Justice League Unlimited rôle comme la voix définitive de Lex Luthor.

Christopher Corey Smith, qui a également joué le Joker lors des deuxième et troisième LEGO Batman les jeux vidéo une fois qu'ils sont passés à un mode histoire entièrement exprimé, tourne vraiment dans un riff assez standard sur le Joker de Mark Hamill. C'est parfaitement bon et très agréable, mais encore une fois, ce n'est pas tout à fait l'original.

DC Super Friends Short Joker (John Kassir)

Lorsque vous embauchez quelqu'un pour jouer au Joker, il va de soi que deux des qualifications les plus importantes seront un sens de l'humour morbide et un rire incroyablement effrayant. Si c'est le cas, vous pourriez faire bien pire que de sortir et de faire jouer le gars qui a joué au Cryptkeeper Contes de la crypte. Et cela, furoncles et goules, est exactement ce qui s'est passé en 2010, lorsque John Kassir a prêté sa voix à une série de courts métrages emballés avec la ligne de Fisher-Price Super amis jouets.

kung fu bousculade 2

C'est une entrée assez obscure dans le grand canon du Joker, mais c'est aussi une solide performance. Il ne recycle pas sa voix de Cryptkeeper comme vous vous y attendez - quelque chose qui a du sens puisque les cordes vocales du Joker ne sont pas aussi pourries que celles du Keeper - mais ce rire moqueur est indubitable et fonctionne très bien.

C'est certainement un choix intéressant, surtout si l'on considère le public. Depuis Super amis a été destiné aux enfants de la maternelle, le renvoyant à une anthologie d'horreur HBO de 1989, comme le recyclage des effets sonores et de la musique de l'original Super amis, semble avoir été conçu pour divertir les gens qui l'ont fait un peu plus que les enfants.

DC Super Friends Joker (Lloyd Floyd)

D'une part, la prise de Lloyd Floyd sur le Joker marque un lot des points juste en se produisant dans un dessin animé en 2015 et ne pas juste être quelqu'un qui fait sa meilleure impression de Hamill. D'un autre côté, ce n'est pas non plus une performance très distinctive. Ce n'est pas que c'est mauvais, c'est juste que c'est la première voix à laquelle vous penseriez si on vous donnait le concept d'un clown voleur de banque: un peu maniaque, un peu menaçant, hurlant à travers les crimes et les escapades.

Mais le troisième part, le Joker qu'on nous donne DC Super Friends est en fait vraiment génial, ne serait-ce que parce qu'il déteste clairement travailler avec le Riddler. Le roulement des yeux audible de Floyd et son grincheux me font rire, ne pas pense'comme les deux escrocs gimmick font leur escapade ajoute un point culminant à la performance qui l'élève juste au-dessus de la norme.

Et sur un Quatrième, main beaucoup moins pertinente, 'Lloyd Floyd' est un nom assez étonnant, et ça doit valoir quelque chose.

Suicide Squad Joker (Jared Leto)

Si vous pouvez dépasser le design qui commence par un tatouage du mot `` endommagé '' sur son front et juste en spirale à partir de là jusqu'à ce qu'il semble qu'il devrait se produire aux côtés de Dark Lotus au Rassemblement des Juggalos de cette année, et vous pouvez obtenir devant toutes les histoires de Méthode Jared Leto Going et envoyer ses co-stars des rats vivants, des cochons morts et des préservatifs usagés, ce qui vous reste est ... enfin, pas grand-chose, vraiment.

Pour tout le battage médiatique entourant l'apparence de Leto en tant que Joker Suicide Squad, cela représentait à peu près une dizaine de minutes de visionnage qui étaient principalement là pour l'histoire d'origine de Harley Quinn.

Arkham: Origins Joker (Troy Baker)

Quand Arkham City a été annoncé comme sortie finale de Mark Hamill en tant que Joker, il y avait un gros problème. En tant qu'ennemi juré de Batman, le prince clown du crime était absolument va être dans le prochain match, qui a raconté l'histoire d'une rencontre beaucoup plus tôt dans la carrière de Batman. Ainsi, le rôle du Joker incombait à Troy Baker, et le problème est évident: il a à peu près juste fait une impression morte du Joker de Hamill pour tout le jeu.

Pour être juste, il en fait vraiment un très bon travail, et la séquence du jeu qui explore les origines de Joker et ses pensées sur Batman est absolument le point culminant du jeu. Même le fait qu'il faut la séduction du Joker de Harley Quinn, un processus qui a pris des mois dans les bandes dessinées, et le comprime jusqu'à environ 15 minutes fonctionne incroyablement bien avec le style accéléré du Arkham Jeux. Une grande partie de cela vient de l'écriture, mais vous pouvez en remonter une bonne partie jusqu'à l'actrice de Baker et Harley Quinn Tara Strong, qui fait très bien avec le matériel.

À la copie ne va jamais battre l'original. Mais bon, c'est le rôle qui a permis à Baker, qui a également joué dans le Lego Batman et Telltale Batman jeux, pour être le seul acteur à jouer à Batman et le Joker dans les rôles principaux.

Jerome Valeska de Gotham (Cameron Monaghan)

Dans le premier épisode de Gotham, il y a une scène où Edward Nygma se présente et commence tout juste inexplicablement à parler d'énigmes, un clin d'œil au public si grand qu'il est assez facile de le confondre avec une émission de télévision à coup sûr, mais nous ne pensons jamais à personne s'attendait à ce qu'il atteigne le niveau que nous avons vu avec Jerome Valeska.

Jérôme est le cas ultime de Gotham voulant avoir son gâteau et le manger aussi. Les gens derrière le spectacle savent clairement qu'ils ne peuvent pas vraiment que le Joker apparaisse des années avant que Bruce Wayne ne devienne Batman à cause de son histoire d'origine si étroitement liée, alors ils ont simplement créé un gars qui n'est pas techniquement le Joker, mais est définitivement un supervillain maniaque avec un sourire de rictus permanent qui s'habille comme un clown de cirque et veut semer le chaos partout où il le peut. Ils l'ont même laissé tomber dans des histoires qui tirent fortement de la bande dessinée comme Décès de la famille et The Killing Joke—La seule différence est que ce type ne veut pas tuer Batman. Il veut vraiment, vraiment, tuer un riche de 12 ans du nom de Bruce Wayne.

Mais aussi étrange que cela puisse être, il est indéniable que la performance de Cameron Monaghan est également ridiculement convaincante. Plus vous en savez sur lui, plus vous voulez regarder juste pour voir jusqu'où ils sont prêts à aller - et considérant qu'ils étaient prêts à aller jusqu'à ce que Li'l Bruce soit tout droit frapper son visage, cela a définitivement fait pour une télévision assez sauvage.

Arkham Series Joker (Mark Hamill)

Tout d'abord: Arkham La franchise a produit certains des meilleurs jeux vidéo de mémoire récente, et sans aucun doute les meilleurs jeux Batman de tous les temps. Malheureusement, même s'ils ont demandé au légendaire Mark Hamill de faire la voix de trois sur quatre - plus sur lui dans une minute - ils ont également fini par nous donner un Joker qui a ce qui pourrait être le plan directeur le plus stupide du 75- du personnage. histoire de l'année.

Sérieusement, arrêtez-vous pour une minute et pensez à ce qu'il fait dans le premier jeu: c'est un fou intrigant qui non seulement organise une prise de contrôle complète d'Arkham Asylum, mais organise également la fermeture du pénitencier de Blackgate afin qu'il puisse stocker la maison fou avec une gamme apparemment infinie de des voyous armés prêts à faire son offre. C'est un plan complexe et efficace qui va exactement à droite, conduisant Batman à travers une série d'obstacles de plus en plus difficiles pour le pousser à ses limites et le garder exactement là où le Joker le veut pendant qu'il se prépare pour son ultime coup de maître.

Et puis il décide que la meilleure façon de couronner ce plan est de se transformer en monstre géant de la drogue et de se battre avec un gars qui n'a fait que battre l'enfer vivant des monstres géants pour le passé, oh, dix quelques heures. La seule chose plus stupide que cela est que Batman doit le battre en explosant son propre poing avec des explosifs en plastique, car apparemment, c'est ainsi que les gens qui font ces jeux pensent que le poinçonnage fonctionne.

Le Batman Joker (Kevin Michael Richardson)

Pour le dire légèrement, le personnage repense Le Batman étaient assez diviseurs pour les fans, mais en toute honnêteté, les producteurs de la série ont reçu l'une des tâches les moins enviables en animation. Non seulement ils ont dû construire leurs premiers épisodes autour d'histoires qui incorporaient le gadget «Batwave» de la ligne de jouets qui les accompagnait, mais ils ont également dû travailler à l'ombre de Batman: la série animée. Non seulement ce spectacle a été salué comme la meilleure interprétation de Batman et de ses méchants, mais il a été salué comme l'un des meilleurs dessins animés de tous les temps. Essayer de suivre cette est une tâche assez monumentale.

Il est donc logique que, pour l'ennemi le plus emblématique de Batman, le concepteur de personnages Jeff Matsuda essaie d'aller le plus loin possible du design minimaliste et épuré de Bruce Timm - et il est tout aussi logique qu'un bon nombre de fans le détestent absolument à vue. Les cheveux de style dreadlock et une camisole de force en spirale avec de nombreuses astuces dans ses manches littérales ressemblent à l'opposé complet du costume sur mesure et de la cravate à cordes qui l'ont précédé, et bien qu'il y ait encore un débat parmi les fans pour savoir si oui ou non c'était en fait une bonne chose, on s'en souvient généralement comme un assez gros faux pas.

C'est aussi dommage, car cette version du Joker se trouve en fait dans de très bonnes histoires qui, bien qu'elles ne soient pas aussi éloignées des prises précédentes, ont certainement fonctionné avec un ton différent. `` La chauve-souris qui rit '', par exemple, implique que le Joker devienne un justicier puis dose Batman avec Joker Venom afin qu'il ait un `` méchant '' à combattre, et c'est une configuration assez brillante.

LEGO DC Comics Super-Heroes: Justice League - Gotham City Breakout Joker (Jason Spisak)

Comme Batman lui-même, le Joker peut prendre plusieurs formes. Il peut être un meurtrier sinistre et souriant avec un décompte à trois chiffres, un voleur de banque obsédé par la comédie, et parfois ...quelquefois- il peut être un criminel si délicieusement manipulateur qu'il peut faire tomber une ville entière armée uniquement d'une cuillère.

Voilà ce que cette tranche de la souvent négligée Super-héros LEGO DC Comics La série présente le mythe: Spoony, le nouvel acolyte du Joker (pas par hasard également exprimé par Jason Spisak). Bien sûr, il pourrait juste Regardez comme une cuillère aiguisée que le Joker utilisait pour creuser son chemin hors de Arkham Asylum, une structure qui pourrait vraiment utiliser une bonne fois de l'inspecteur en bâtiment, mais il a été béni avec la capacité étrange de refléter la vision thermique de Superman et de démolir cette maison folle grand ouvert.

Croyez-le ou non, les schémas Joker qui sont en fait drôles sont assez rares de nos jours, et lorsque l'intrigue dans ce projet de vidéo directe a été combinée avec la voix moqueuse et moqueuse de Spisak, elle a fini par être vraiment hilarante.

Batman: Le retour du Joker des croisés capés (Jeff Bergman)

Tandis que Batman: le retour des croisés capés a vu le retour très apprécié d'Adam West, Burt Ward et Julie Newmar dans les rôles de Batman, Robin et Catwoman, le reste de la distribution principale s'est vu confier la tâche peu enviable non seulement de jouer des méchants, mais une version spécifique de méchants qui ont été identifiés avec des acteurs qui étaient malheureusement morts des années auparavant.

Pour Jeff Bergman, cela signifiait jouer Cesar Romero en jouant au Joker, un endroit sans aucun doute difficile qui impliquait non seulement la performance elle-même, mais aussi d'essayer de comprendre à quel point vous pouvez faire une impression avant que tout ne devienne macabre. Il fait le travail à merveille, plein de trilles exagérés et de R roulés qui ressemblent plus à un hommage à la performance originale qu'à un peu de descente théâtrale.

Jeremiah Valeska de Gotham (Cameron Monaghan)

Dès le premier jour, Gotham a été un spectacle qui voulait avoir son gâteau et le manger aussi, et il n'y a pas de personnage qui incarne cet esprit plus que Jeremiah Valeska. Dans un spectacle qui a passé des années à être un spectacle de Batman sans Batman, où le Riddler n'était pas encore le Riddler et le Penguin n'était pas encore le Penguin, mais tous les éléments les plus étranges de la franchise comme l'Ordre de Saint-Dumas et le professeur Pyg sont tous présents et représentés, il est le plus proche du Joker, et il n'y arrive toujours pas.

Non seulement il est un double faux - le frère jumeau du gars que nous pensée allait être le Joker avant sa mort, qui a ensuite été trempé dans des produits chimiques et a pris goût aux costumes violets - il se rapproche également le plus possible du Joker sans franchir la ligne d'arrivée. Même dans la finale de la série, il refuse résolument de payer la configuration, se référant plutôt à lui-même par chaque nom J du livre, sauf celui que nous voulons.

Et aussi frustrant que cela soit, c'est aussi un peu génial. Il y a une maladresse délibérée dans la façon dont il danse autour d'elle - comme dire à Ecco, qui ressemble et ressemble exactement à Harley Quinn, qu '' il n'y en aura jamais une comme vous '- c'est vraiment charmant et amusant. C'est le genre de personnage qui vous fait souhaiter que toute la série ait été aussi folle depuis le début.

Batman: The Brave and the Bold Joker (Jeff Bennett)

Batman: le brave et le hardi était un autre spectacle qui devait réagir à l'héritage durable de Batman: la série animée, frappant le petit écran peu de temps après la finale de Justice League Unlimited a mis fin à l'univers animé DC. La solution qui a frappé, cependant, était de prendre l'esthétique entière dans une direction différente plutôt que seulement les dessins des personnages.

Plutôt que de faire une série si sombre qu'elle devait être dessinée sur du papier noir, BatB axé sur la haute aventure dans des histoires plus légères, et parfois même comiques, qui s'inspiraient des bandes dessinées de l'âge d'argent. Le Joker ressemblait alors fortement au travail du légendaire artiste Batman Dick Sprang.

Bien qu'il soit rarement au centre des histoires, le Joker (et le comédien Jeff Bennett) ont vraiment eu la chance de briller dans un épisode en deux parties axé sur une Terre alternative où les héros et les méchants ont changé de rôle. Sur cette planète, où Owlman dirigeait le syndicat du crime impitoyable, le Red Hood a survécu à son voyage dans une cuve de produits chimiques et est devenu le dernier héros debout et un allié solide pour Batman.

Joker 2019 (Joaquin Phoenix)

Vous devez vraiment le donner à Joaquin Phoenix pour sa performance dans le rôle-titre des 2019 Joker: il s'engage sur la partie. Arthur Fleck est légitimement difficile à regarder, de manière très délibérée et intentionnelle. Le grincement de son rire compulsif, les tirs d'horreur corporelle de sa silhouette émaciée et de ses membres grêles, la relation œdipienne troublante avec sa mère et la vibration bizarre rebutante qu'il dégage maintiennent le public à distance, même lorsque nous le regardons passer par une chaîne apparemment sans fin de coups physiques et émotionnels qui, à tous égards, devraient nous mettre de son côté. Le passage de la pathétique Fleck à la confiance et à la bravade tordues de Joker fait un travail plus que solide avec la transformation autour de laquelle tout le film est construit.

Malheureusement, cette performance est dans un film qui ne le mérite pas. Peu importe à quel point vous trouvez les performances de Phoenix, il est presque impossible d'entendre une phrase comme `` Je pensais que ma vie était une tragédie, mais c'est vraiment un comédie'et ne roule pas les yeux. Pire encore, le film tente de marcher sur la ligne fine d'être sympathique à Fleck et horrifié par lui, et finit par piétiner partout avec une paire de chaussures de clown. Il n'y a qu'un seul meurtre dans le film qui n'est pas présenté comme étant au moins partiellement défendable, et tandis que celui qui ne l'est pas est censé être un tournant décourageant, le film est plus intéressé à nous présenter ceux où on nous dit que bon, ce meurtrier de masse pourrait avoir un point, en fait.

Le pire péché de Joker, cependant, c'est qu'il dépouille tout le mystère du personnage. C'est ce qui distingue Joker des autres super-vilains et le rend aussi convaincant et effrayant que lui. Avec Arthur Fleck, nous obtenons un rapport méticuleusement détaillé sur ses abus dans l'enfance, son âge adulte misérable et même le processus de la façon dont il a obtenu son nom, expliqué à quelques reprises au cas où vous l'auriez manqué. C'est tout ce qui pourrait être nécessaire pour un morceau de personnage nuancé qui n'est pas censé être un film de super-héros sur un personnage établi, mais ce film contient littéralement le futur Batman.

Batman '89 Joker (Jack Nicholson)

La performance de Jack Nicholson en tant que Joker dans 1989 de Tim Burton Homme chauve-souris le film est assez fantastique à presque tous les niveaux. Il est certainement la meilleure partie du film, avec le sourire déjà effrayant de Nicholson accentué par du maquillage et des choix de mode vraiment incroyables. Chaque look qu'il arbore est parfait, et la scène dans laquelle il assomme tout le monde dans un musée d'art, puis roule avec son équipe pour qu'il puisse détruire certaines peintures tout en faisant exploser une chanson Prince sur lui-même sur une boombox pourrait être la plus baller chose qu'un super-vilain ait jamais faite - cela fait vraiment penser qu'il est plus dans cette histoire de «détruire Gotham City» pour le plaisir.

Le seul vrai problème est Jack Napier, et pas seulement à cause du jeu de mots laborieux sur «Jack-a-Nape».

L'histoire d'origine du Joker a traversé autant de prises différentes que le personnage lui-même, mais l'un des moments clés est qu'il y a une sorte de changement quand il est jeté dans une cuve d'acide et sort comme un clown assassiné. Dans Homme chauve-souris '89, cependant, il n'y a pas de vrai changement - Napier porte même un jeu de cartes comme marque de fabrique. Cela ne casse pas le personnage de la manière qui, par exemple, fait de lui le gars qui a tué les parents de Batman, mais cela le rend certainement beaucoup moins intéressant.

Batman: Sous le capot rouge (John DiMaggio)

Même si vous ne reconnaissez pas son nom, vous connaissez presque certainement John DiMaggio de ses rôles de Bender sur Futurama, Jake le chien sur Temps de l'aventure, Aquaman sur Batman: le brave et le hardiet quelques dizaines d'autres concerts de comédiens de haut niveau sur des émissions de télévision bien-aimées. En 2010, il décroche le rôle du Joker dans Sous le capot rouge, une adaptation de l'histoire de la bande dessinée de Judd Winick et Doug Mahnke dans laquelle le compagnon de Batman, Jason Todd, est revenu à la vie.

DiMaggio est incontestablement la vedette du casting, donnant au Joker un bagage graveleux et vaudevillien qui s'éloigne de Mark Hamill tout en préservant ce qui fonctionne le mieux dans la représentation de Hamill. C'est un Joker qui délivre chaque ligne comme s'il s'agissait en fait d'une blague, vous donnant le sentiment de quelqu'un qui pense vraiment que battre quelqu'un à mort avec un pied de biche est hilarant. C'est une prise incroyablement effrayante qui souligne pourquoi le Joker est si effrayant et pourquoi il est compréhensible que la plupart des autres personnages le veuillent mort.

Il pourrait être éclipsé par d'autres versions du Joker, mais il est définitivement solide, et même si DiMaggio n'est pas au sommet de cette liste, il se classe absolument comme le meilleur Aquaman de tous les temps.

Batman '66 Joker (Cesar Romero)

À peu près tout sur la représentation du Joker par Cesar Romero sur le 1966 Homme chauve-souris L'émission de télévision est géniale, de la façon dont il attaque chaque scène avec une joie maniaque et décoiffante à la façon dont il tord son sourire peint en un air renfrogné déçu quand il est inévitablement vaincu, et jusqu'au fait que Romero a refusé de raser sa moustache pour la partie, au lieu de cela, agripper le maquillage de clown et le laisser complètement visible dans chaque épisode. Il y a un panache et même une petite menace au rôle qui fait de lui l'un des personnages les plus mémorables de la série.

Malheureusement, presque tous les autres méchants majeurs de la série étaient meilleurs. Des personnages comme le Pingouin - légendairement le favori des écrivains, qui avaient toujours un script préparé pour quand Burgess Meredith était en ville - Catwoman et même King Tut étaient impliqués dans de meilleures histoires qui faisaient beaucoup plus pour jouer leurs gadgets. Il est tellement générique, en fait, que le Joker a joué une fois dans un épisode qui devait à l'origine présenter un nouveau méchant appelé le One-Armed Bandit, pour être réécrit à la hâte à la dernière minute, laissant le Joker avec un seul épisode inexplicable fascination pour les machines à sous.

Ironiquement, il est juste de dire que la représentation moderne du Joker, avec son mélange de sadisme terrifiant et de rires imprévisibles, a beaucoup plus en commun avec la représentation de Frank Gorshin du Riddler qu'avec Romero. Cela ne le rend pas mauvais, mais cela signifie définitivement qu'il n'est pas le meilleur.

LEGO Batman Movie Joker (Zach Galifianakis)

C'est une chose que d'amener un comédien debout à jouer le Joker dans un film où vous allez rire. Cela a déjà été fait auparavant - remontant jusqu'à Larry Storch, qui a fini par être assez douloureusement peu drôle dans le rôle, mais sans que ce soit de sa faute. C'est une autre chose que de proposer un nouveau design qui utilise le minimalisme en blocs pour toujours traverser ses propres torsions visuelles sur le personnage, comme des dents dentelées et un sourire qui semble avoir été dessiné avec un crayon, une petite torsion étrange qui fonctionne réellement. .

Même l'idée du Joker saisissant les plus grands méchants d'autres dimensions pour donner à Gotham City un vrai problème est quelque chose qui a beaucoup de sens lorsque vous le placez dans le contexte de l'univers dans lequel nous sommes montrés Le film Lego. Ce qui rend cette version du Joker vraiment géniale, c'est la façon dont le film traite son personnage et son inimitié avec Batman.

De toutes les apparitions du Joker à travers les films et la télévision, qui se serait attendu à ce que celui qui entrait vraiment dans le fait que sa motivation provienne d'une sorte d'amour tordu serait celui basé sur des jouets de construction pour les petits enfants? Et pourtant, nous sommes ici, dans un monde où ce n'est pas seulement reconnu dans ce film, mais qui sert de moteur à l'ensemble de l'intrigue.

Le Dark Knight Joker (Heath Ledger)

Ça fait assez longtemps que Le Chevalier Noir est sorti que nous avons tous traversé la vague massive de battage médiatique initial, le contrecoup inévitable et le roulement des yeux des gens qui sont en quelque sorte encore se déguiser en Joker pour Halloween et siffler un «pourquoi si sérieux». Voici ce qu'il en est de la performance de Jeath Ledger aux Oscars en tant que Joker: c'est vraiment si bon.

Le Joker de Le Chevalier Noir est à la fois terrifiant et vraiment drôle, mais plus que cela, il a un air de mystère qui est presque impossible à cultiver pour un personnage aussi connu. Pratiquement tout ce qu'il dit dans le film est un mensonge, qu'il livre des histoires d'origine qui se contredisent, demande des tas d'argent qu'il ne fera que brûler, ou assure à d'autres personnages qu'il n'a pas de plan tout en mettant en œuvre un schéma complexe. et construit sur la précision d'horlogerie.

Le Joker de Ledger est déjà devenu l'un des méchants les plus influents du cinéma de mémoire récente, mais les éléments qui pourraient échouer avec d'autres personnages fonctionnent parfaitement pour un homme qui existe dans le seul but de démolir l'ordre et le contrôle que Batman a essayé de faire pour arracher au chaos.

Batman: The Animated Series / DC Animated Univers Joker (Mark Hamill)

Quand vous allez droit au but, Batman: la série animée a tout fait correctement. La version élégante et élégante du Caped Crusader résume tout à l'essentiel, et aucun personnage - à l'exception de Batman lui-même - n'en profite autant que le Joker.

Avec des histoires comme 'Joker's Favour', 'Almost Got' Im 'et' The Laughing Fish ' BTAS's Joker était effrayant et drôle, avec une théâtralité radicale qui venait directement du tour étonnant de Mark Hamill fournissant sa voix. Et si cela ne suffisait pas, c'est la version du Joker qui a directement conduit à la création d'un foil, Harley Quinn, qui allait devenir l'un des personnages les plus populaires de DC.

Malgré un peu d'animation incohérente qui a affligé les premières saisons, le Série animée Joker était - et reste - la version définitive du personnage.