Des blagues inappropriées des années 70 qui ne seraient pas acceptées aujourd'hui

Par Amy Roberts/28 août 2019 14h00 EDT

Plein de brûlures tueuses, facile à regarder et empilé avecc'est-ce-gars! camées, Ce spectacle des années 70 reste une option de montre-gueule venteuse à mettre quand vous voulez vous éloigner des horreurs du monde moderne. Sauf qu'il est parfois trop facile pour le monde moderne de revenir en arrière pendant que vous regardez, surtout quand il y a certaines blagues dans Ce spectacle des années 70 qui n'a pas bien vieilli. Si vous n'avez pas apprécié une solide rewatch de l'émission depuis un certain temps, le fait que beaucoup de blagues tournent autour d'idées sexistes, racistes et homophobes peut être un peu discordant.

Il est important de se rappeler que bon nombre de ces blagues sont probablement une tentative de refléter les attitudes des années 70. Mais ce qu'ils réalisent parfois à l'occasion est le reflet du nombre de ces attitudes qui ont persisté à la fin des années 90 et au début des années 00, lorsque l'émission était en ondes. Si Ce spectacle des années 70 devaient débuter aujourd'hui, vous pouvez parier qu'aucune de ces blagues ne serait acceptée sans une frénésie de protestation sur les réseaux sociaux.



Slam some Led Zeppelin dans les huit pistes et rencontrez-nous dans le sous-sol de vos parents, parce que nous devons parler de tous les inappropriésCe spectacle des années 70 blagues qui ne seraient pas acceptées aujourd'hui.

Fès est une punchline raciste qui marche

Avec un nom qui signifie Foreign Exchange Student, tout le schtick de Fès tout au long Ce spectacle des années 70 c'est juste qu'il est mystérieusement, et stéréotypé, étranger. Plongez dans à peu près n'importe quel épisode et vous trouverez certaines et peut-être toutes les blagues suivantes: Fès parle drôle! Fès veut être américain mais ne comprend pas l'Amérique! Fès est un prédateur sexuel perversement excité! Fès n'a pas d'argent! Fès risque d'être expulsé! Cue la piste de rire, non?

fin du paradoxe de Cloverfield

Son personnage joue dans à peu près tous les stéréotypes odieux qui persistent à propos des immigrants en Amérique, et apparemment, c'était totalement cool pour tout le monde à la fin des années 90. Une partie de cela pourrait être due à la façon dont le spectacle est visiblement vague concernant le fond réel de Fès. Ce faisant, la comédie lance des barbes bon marché à l'étranger général du personnage et évite de lancer des barbes spécifiques directement sur les nations, les cultures et les communautés réelles. Parce que vous connaissez, ce serait raciste.



Avec une sensibilité accrue entourant les droits des immigrants et la manière dont ils sont représentés par les médias, l'assaut épisodique de blagues visant à dire à quel point Fès est clairement non américain serait tout simplement inapproprié aujourd'hui.

Fès suggère qu'il devrait agresser sexuellement Angie

Avec des mouvements modernes comme #MeToo et Time's Up, qui sensibilisent davantage à ce qu'est et n'est certainement pas le consentement, la plupart des gens ont au moins une compréhension de base de ce qui constitue une agression sexuelle. Pour une raison quelconque, les gens étaient moins informés à ce sujet dans les années 90, ce qui pourrait être la raison pour laquelleCe spectacle des années 70pensait que Fès suggérant qu'il devrait violer la petite amie de Kelso est une émeute de rire sans vergogne.

Dans l'épisode de la saison 7 '2000 Light Years from Home', Kelso a du mal à trouver des moyens de rompre avec sa petite amie Angie. Mais c'est bien parce que Fès a une excellente idée qui sert apparemment les intérêts de tout le monde: Kelso fera l'amour à Angie `` dans une pièce sombre '' et s'excusera à mi-chemin, à quel moment Fès entrera, prétendra être Kelso et `` finira le travail.' C'est une vraie gifle de genou d'une blague, les gens!



Parce que Kelso est six pieds stupides, il n'est pas du tout alarmé par la suggestion de son meilleur ami, mais il n'est pas convaincu que cela l'aidera non plus. `` L'interrupteur de la chambre noire '', comme l'appelle Fès avec confiance comme si c'était une chose quotidienne tout à fait normale, n'est heureusement même pas tenté. Cependant, ce n'était malheureusement pas la seule fois où l'agression sexuelle était utilisée comme une punchline inappropriée dans la série.

L'héritage de Hyde est joué pour rire

Un autre clanger de la saison 7 arrive lors de l'épisode `` Passons la nuit ensemble '', dans lequel Hyde rencontre enfin son père biologique et - essayez de contenir votre rire - il se révèle être afro-américain. Cela se traduit par un certain nombre de blagues au détriment des Formans, qui agissent comme s'ils n'avaient jamais rencontré de Noir auparavant, mais il se soucie moins de se moquer des Formans car il a la possibilité de faire des blagues sur la race.

Le pire absolu de ces blagues vient directement de Hyde, qui se délecte de la nouvelle identité de son père biologique. Dans le but de convaincre ses amis de la ressemblance entre lui et son père, il déroule une liste de blagues stéréotypées sur les Afro-Américains et les raisons pour lesquelles l'origine ethnique de son père explique quelques choses à son sujet. Plus précisément, le «fro» de Hyde et son «soupçon de l'homme». Maladroitement, il fait également une fissure inappropriée sur la façon dont sa mère a dû être soulagée lorsqu'il est `` sorti blanc '' à la naissance, afin de ne pas éveiller les soupçons de son petit ami blanc à l'époque.

Tout cela est rendu plus culturellement insensible par le fait que ces blagues sont livrées par Danny Masterson, un acteur qui est très caucasien. Qu'il suffise de dire que ces blagues sont particulièrement inquiétantes à un moment où le blanchiment des médias est contesté à plusieurs reprises.

La virilité d'Eric est moquée

Ces dernières années, il y a eu un sentiment croissant que les gens en ont marre de voir identité masculine représentée de manière limitative et spécifique. Pendant des décennies, la culture pop a semblé perpétuer l'idée que les garçons ne pouvaient vraiment devenir des hommes qu'une fois transformés en brutes robustes et sans émotion qui boivent de la bière, aiment le sport et ne parlent jamais de leurs sentiments ou (le ciel nous en préserve) pleurer.

Tout au long de Ce spectacle des années 70 c'est une blague courante parce qu'Eric est maigre, émotif et intelligent en plus d'être un gros nerd et mauvais en sport, il est en quelque sorte inférieur à ses pairs masculins et moins à un homme. Son père l'appelle une poule mouillée (un terme qui est définitivement inapproprié aujourd'hui), ses amis pensent que cela le rend facilement `` fouetté '' par sa petite amie Donna, et même elle se moque de sa masculinité.

De toute évidence, vous pouvez jeter celui-ci dans la pile mais les gens étaient comme ça dans les années 70, avec quelques autres attitudes obsolètes mises en évidence dans le spectacle, mais Ce spectacle des années 70 fait rarement une remarque contre cette idée. Et tu sais quoi? Eric pouvait parfois faire des bêtises, mais il n'était pas moins un homme parce qu'il était mauvais au basket-ball ou pleurait de rompre avec Donna.

Eric est confronté à des stéréotypes sexuels

Les années 70 ont été une période incroyable pour le mouvement LGBT. Suivant le Émeutes de Stonewall en 1969, les premières années de la décennie ont vu de nouvelles lois interdisant la discrimination queer, des personnes ouvertement gays comme Harvey Milk ont ​​été élues à des postes politiques et l'homosexualité a été retirée de la liste des troubles psychiatriques. Mais vous ne sauriez rien de tout cela en regardant «Eric's Buddy», le seul épisode de Ce spectacle des années 70 qui explore les problèmes LGBT.

Dans ce document, Eric se lie d'amitié avec un enfant riche et populaire appelé Buddy (Joseph Gordon Levitt) et les deux jouissent d'une bromance pour les âges - jusqu'à ce que Buddy fasse un geste inapproprié sur son nouveau copain qui ne provoque rien de moins que l'horreur pure d'Eric . L'émission traite la sexualité de Buddy comme une bombe d'une punchline, conservant la révélation bien au-delà de la moitié de l'épisode pour un maximum de rires.

L'approche obsolète de l'épisode signifie que la bizarrerie de Buddy est présentée comme un prédateur stéréotypé, avec une autre des principales punchlines centrées sur la façon dont Eric, qui n'est pas traditionnellement masculin, est évidemment confondu avec le fait d'être un homme gay par son nouvel ami. Eric surmonte sa panique gay par le générique et décide de continuer à être le partenaire scientifique de Buddy, qui est (applaudissements) vraiment grand de lui.

L'épisode est non seulement symbolique, mais il gère également avec tristesse la représentation des homosexuels pendant une période critique de leur lutte pour l'égalité.

Eric devient une femme

Vous pourriez être pardonné de penser qu'un épisode intitulé «Bataille des sexistes» aurait au moins un peu de conscience de soi lorsqu'il s'agit d'attitudes sexistes. Malheureusement, vous auriez tort. Dans cet épisode, la blague inappropriée en cours est qu'Éric est si profondément non masculin que sa petite amie continue de le battre au sport. La seule voix de la raison concernant cette attitude (qui était archaïque même dans les années 70) est que Kitty dit à son fils que le sport avec un partenaire romantique devrait être de s'amuser, pas de gagner. Ou, vous savez, renforçant les stéréotypes de genre.

Quoi qu'il en soit, la plus grande punchline de l'épisode se présente sous la forme d'une séquence fantastique dans laquelle Eric se révèle être une femme avec une jolie robe, des bijoux et un visage plein de maquillage après que Donna l'ait battu sans équivoque au air hockey. C'est une blague bon marché qui repose sur l'idée désuète que les femmes sont le sexe le plus faible et le moins bon.

le film Walking Dead

Mais la pire partie de la blague survient quand Eric pousse inexplicablement une paire de seins après avoir convenu que Donna pouvait le battre au sport, et c'est sérieusement rire à gogo. Mis à part les tropes sexistes, cette blague reste particulièrement difficile à un moment où les politiques de genre (y compris celles de la communauté transgenre et non binaire) restent des sujets de conversation brûlants. Une punchline jetable sur l'infériorité d'un mec dans une robe ne volerait certainement pas dans le climat actuel.

Jackie est uniquement appréciée pour son apparence

Ce spectacle des années 70 est plein de blagues inappropriées qui reposent sur l'objectivation des femmes. Il s'agit, après tout, d'une émission qui présente un point de vue d'Eric lorgnant les seins de la maman de sa petite amie à quelques minutes de l'épisode pilote. Le nœud de cette plaisanterie prolongée se trouve dans l'épisode de la saison cinq `` Qu'est-ce qui est et ce qui ne devrait jamais être ''.

Dans ce document, Eric continue d'être mortifié que Hyde sort avec Jackie, une fille qu'il a trouvée agaçante et répugnante depuis le premier jour. Cependant, Hyde est déterminé à convaincre son ami que Jackie est totalement chaud et mérite donc d'être supporté. Eric n'est pas influencé et suggère même que si Jackie et lui étaient coincés ensemble sur une île déserte, le `` meurtre-suicide '' serait le seul résultat acceptable.

Cependant, Hyde réussit finalement à convaincre Eric en lui suggérant d'imaginer Jackie dans un minuscule bikini avec de la musique jouant si fort qu'elle étouffe sa voix apparemment insupportable. «Mon Dieu, elle est chaude! Eric dit que le public hurle et applaudit. C'est une blague qui réduit Jackie à l'équivalent humain d'un Penthouse centerfold, et vous pouvez parier que la plupart des femmes auraient beaucoup à dire à ce sujet maintenant.

Chaque blague sur «Big Rhonda»

Dès la seconde où elle a été présentée pour la première fois dans la première de la saison 4, `` It's a Wonderful Life '', la séduction suprême de Rhonda est établie. Elle est grande, porte des lunettes et est une sorte de connard. C'est une grande fille ridiculement forte avec une voix forte qui se plaint régulièrement de sa faim. Surtout, elle est également représentée par une très jolie actrice en costume gras. En bout de ligne? Aucun des traits que la série suggère de la repousser n'est réellement considéré comme tel dans le monde réel.

Mais Ce spectacle des années 70 fonctionne avec l'idée de toute façon. À travers six épisodes, Big Rhonda est un amour délicat pour Fès et tous ses amis sont perplexes face à la relation. Ils plaisantent sur la quantité d'espace qu'elle prend, la quantité de nourriture qu'elle mange (elle est une championne du comté en matière de hot-dog) et comment elle peut écraser les hommes lors de la lutte. Jackie suggère même qu'une cure de jouvence beauté est complètement hors de question et dit: «Jolie? Oh chérie. Peut-être que tu peux apprendre des blagues ou quelque chose?

Prendre de telles oscillations répétées à l'incapacité d'une jeune femme de se conformer aux normes de beauté hétérosexuelle est quelque chose qui serait certainement reconnu comme inapproprié aujourd'hui. Et surtout pas quand l'actrice dépeignant le personnage semble porter un costume gras (étrangement petit) pour le faire. Il suffit de regarder le contre-attaque que la comédie «fat shaming» de Netflix Insatiablereçu pour voir que c'est le cas.

Phase de chauffeur de taxi d'Eric

Peu importe où vous vous situez dans le débat sur le contrôle des armes à feu, la plupart des gens conviendront probablement que le moment n'est pas venu de plaisanteries inappropriées sur l'utilisation d'une arme à feu pour commettre un meurtre de masse. Il est clair que cette blague particulière avait probablement des intentions parfaitement innocentes à l'époque et est davantage dirigée comme une référence de la culture pop. Quoi qu'il en soit, il n'a pas bien vieilli.

Dans l'épisode de la saison 2 `` Chasse '', Eric surprend Red en présentant des compétences de tir sérieuses lors d'un voyage de chasse ensemble. Comme c'est la première et la seule fois où Red voit son fils manipuler une arme, il est naturellement curieux de savoir comment ce `` idiot '' a réussi à acquérir de telles compétences. La réponse d'Eric que c'est grâce à son 'Conducteur de taxi phase 'est plus qu'un peu inquiétante.

C'est une chose de célébrer le chef-d'œuvre de Martin Scorsese, mais c'est une autre de le suggérer dans le contexte d'un jeune homme apprenant à utiliser une arme. Etre capable de tirer avec une arme à feu grâce à l'idolâtrie d'un meurtrier misanthropique comme Travis Bickle? C'est une idée qui est devenue beaucoup moins drôle au fil des ans.

Chaque blague sur Laurie étant promiscuité

Les premières saisons de Ce spectacle des années 70 sont des blagues inappropriées et scandaleuses qui visent carrément à ce que la sœur d'Eric, un clochard colossal, est Laurie. Bien qu'il y ait beaucoup de gags qui suggèrent que Laurie est satanique et qu'elle était même légitimement `` née avec une queue '' qui a été coupée à la naissance, la punchline dominante qui plane sur le personnage tout au long du spectacle est qu'elle aime avoir beaucoup de des relations sexuelles avec beaucoup d'hommes.

Comme l'étranger de Fès, les exploits de Laurie en tant que femme célibataire et activement sexuelle définissent complètement son caractère, et pas dans le bon sens. Les blagues qui entourent les tendances de Laurie insinuent que son style de vie la rend grossière, indigne de confiance et un peu un échec. Tout cela ne serait pas si mal si seulement tous les jeunes personnages masculins de la série n'étaient pas représentés comme mourant simplement d'être aussi occupés que Laurie. Quoi qu'il en soit, ils la traînent tous pour cela alors qu'ils devraient lui faire plaisir.

C'est un double standard ennuyeux, et que la plupart des publics modernes seraient assez avertis pour repérer si la série devait être diffusée aujourd'hui. Après tout, la plupart des attitudes modernes soutiennent l'exploration sexuelle tant qu'elle est appréciée en toute sécurité, en bonne santé et ne fait de mal à personne. Tout cela, pour la plupart, pourrait être dit à propos de Laurie. Sauf pour une chose...

Laurie a des relations sexuelles non consensuelles avec Kelso

Dans la comédie moderne, le trope de viol masculin utilisé comme punchline comique est heureusement un défi pour la plupart des publics qui reconnaissent que la violence sexuelle n'est pas hilarante. Et cela ne change pas quand c'est un gars dont le consentement est violé, plutôt qu'une femme.

Dans l'épisode de la saison 2, `` Red's Last Day '', cependant, la série essaie de présenter Laurie agressant sexuellement Kelso comme une formidable victoire comique. Laurie s'approche de Kelso dans sa camionnette et refuse d'accepter qu'il ne veut pas coucher avec elle. Elle le chevauche, ignore ses demandes d'arrêter et ferme la porte, après quoi nous entendons ses objections finir par devenir une acceptation enthousiaste. Hyde tire même une chaise de jardin pour qu'il puisse s'asseoir dehors et profiter du spectacle. Hé, à quoi servent les amis?

Plus tard, Kelso révèle qu'il se sent «violé» par Laurie qui a «profité» de lui. Mais aussi, qu'il l'aimait sans équivoque. C'est une représentation inappropriée et profondément dépassée de l'agression sexuelle qui non seulement sape le traumatisme réel d'une telle expérience, mais perpétue également la mythe selon lequel il est impossible pour les femmes de violer les hommes. Heureusement, c'est un mythe qui est finalement remis en question par le public et dans les représentations de la pop culture de tels actes, aussi.

Eric est attaqué lors d'une manifestation féministe

Dans l'épisode de la saison 7 «Passons la nuit ensemble», Eric rejoint sa petite amie Donna lors d'une manifestation organisée par Reprenez la nuit, une organisation créée dans les années 70 pour protester contre la violence que les femmes peuvent subir dans les espaces publics la nuit. Apparemment, Eric soutenant la cause en tant que fière alliée féministe est une punchline en soi, alors que les zingers s'épaississent et se précipitent sur son enthousiasme pour les droits des femmes.

Eric et Donna décident que cette protestation est le moment et le lieu parfait pour profiter du sexe en public. À la vue des manifestants, rien de moins. Tout se passe exactement comme vous l'imaginez, Eric étant confondu avec un fluage et les manifestants le pourchassant, le déshabillant et écrivant «cochon» sur sa tête. Toute la blague mine le besoin continu de telles manifestations, mais en plus de cela, la représentation des féministes comme une `` foule en colère '' déraisonnable dont le principal objectif est d'attaquer simplement des hommes innocents est particulièrement inappropriée. Surtout quand on considère que Le mouvement #MeToo a été décrit comme une `` foule en colère '' par divers critiques il n'y a pas longtemps.