Les pires films de 2018

Par Mike Floorwalker/3 avril 2018 11h01 HAE/Mis à jour: 2 janvier 2019 17:18 EDT

Toutes les versions d'Hollywood ne peuvent pas être un home run, mais si vous travaillez avec un casting et une équipe de professionnels qui font de leur mieux pour divertir, un cinéphile pourrait être pardonné de s'attendre au moins à un double ou triple respectable. De temps en temps, cependant, un cinéaste montera sur le plateau du cinéma, montrera les tribunes de la gloire du box-office, puis se mettra en branle super dur avant de boiter à nouveau vers l'abri de l'échec abject.

barret oliver

C'est-à-dire qu'il peut être terriblement décevant lorsque ce qui ressemble à un divertissement de crackerjack se révèle être aussi maladroit et ridicule qu'une métaphore de baseball à moitié cuite. En 2018, ce sont les films qui ont éveillé nos oreilles, ont mis nos fesses dans les sièges - puis nous ont renvoyés à la maison avec nos cœurs insatisfaits, nos portefeuilles vides et nos fronts endoloris par tout le visage. Ce sont les pires films de l'année, et ils ne sont certainement pas jolis.



Insidieux: la dernière clé

Les fans duInsidieux la série a commencé à avoir la chair de poule d'anticipation quand un quatrième versement a été annoncé en 2016, avec le distributeur Sony fixant une date de sortie le 20 octobre 2017 - juste à temps pour la saison effrayante. Mais il ne fallut pas longtemps avant qu'il y ait des signes de problèmes.Insidieux: la dernière clé était épaulé de cet endroit privilégié par le bien reçuJour de la mort heureuse, repoussé à janvier 2018. Ce n'est pas exactement un territoire de choix pour les sorties d'horreur, et quand le film est finalement sorti en salles, la raison du remaniement était apparente: ce n'est tout simplement pas très bon.

Critiques absolument martelé Insidieux: la dernière clé pour son ton confus et pour jouer comme un méli-mélo de tropes d'horreur bien usés.Chicago Sun-Times le critique Richard Roeper l'a cloué quand il a ouvert son examen, 'Le Insidieux la chronologie devient si trouble, même un fantôme effrayant qui se cache derrière une porte verrouillée dans le sous-sol pourrait abandonner et dire: «Time out! Suis-je même censé êtredanscette histoire particulière? Qui suis-je à nouveau hanté et quelle est ma motivation? '' Les fans semblaient toutefois heureux d'avoir un autre chapitre; les 166 millions de dollars bruts mondiaux du film sont la meilleure projection de toute la série, ce qui signifie queInsidieux 5 est presque inévitable.Cela montre que les rendements créatifs décroissants ne se traduisent pas toujours par des rendements décroissants au box-office, mais nous espérons que le prochain versement trouvera un moyen de livrer des alertes de bonne foi tout en déplaçant tous ces billets.

Mary fière

À la surface,Mary fièresemblait être une chose absolument sûre: c'est l'histoire d'un tueur à gages sous contrat, incarnée par l'immense talent Taraji P. Henson, qui se retrouve responsable du bien-être d'un jeune garçon après qu'un travail aille de côté. Les remorques passionnantes ont promis une performance explosive incroyable de Henson, et elle a livré - mais malheureusement, elle l'a fait au service d'un film qui semblait giflé ensemble en pièces détachées.



leBoston Globec'est toi Burr épinglé succinctement que les problèmes majeurs résidaient dans «le dialogue, le travail de la caméra et le montage», que vous pouvez reconnaître comme trois composantes plutôt importantes de tout film, et Peter Travers dePierre roulante est allé encore plus loin en prenant les cinéastes à la tâche, en disant: «Taraji P. Henson est un tel pétard qu'elle vous fait presque croireMary fièreaurait pu être un film de crime décent si elle avait tiré les fesses des mecs désemparés qui l'ont écrit et réalisé et ont pris ces emplois elle-même. Even Creedence Clearwater Revival chanteur / compositeur John Fogerty a pris problème avec le film glissant le titre de l'une de ses chansons les plus connues, mais il aurait peut-être juste sauvé son souffle, parce que personne ne l'a vu. Le film de 14 millions de dollars a nui aux affaires dans le monde, ce qui en fait un flop certifié - et nous pouvons tous convenir que Henson méritait mieux.

Le 15:17 à Paris

Clint Eastwood a un assez bon bilan en tant que réalisateur, et encore meilleur en tant que réalisateur de drames historiques. Donc, les attentes étaient élevées pourLe 15:17 à Paris,l'histoire vraie d'un trio de soldats américains qui se sont retrouvés au milieu d'une tentative d'attentat terroriste dans un train alors qu'ils voyageaient en Europe. le histoire réelle est un récit épouvantable, et les soldats - qui ont pu désarmer un terroriste armé de mitrailleuses alors qu'ils n'étaient pas armés - ont même été recrutés par Eastwood pour jouer eux-mêmes dans le film. Malheureusement, il s'avère qu'un acte spectaculaire d'héroïsme ne fait pas nécessairement un film spectaculairement divertissant - et les héros réels ne font pas nécessairement de bons acteurs.

Ce fut l'un des principales plaintes des critiques.La Nouvelle République avisé que les trois stars sont «toutes belles mais juste des acteurs épouvantables. Cette rupture est impossible à oublier en regardant le film, et c'est très inconfortable. » Compléter un incident relativement bref avec des montagnes de trame de fond s'est également révélé problématique. leAustin Chroniclec'est Steve Davis remis à zéro sur le scénario `` décevant '' de la nouvelle venue Dorothy Blyskal, avec près des deux tiers du temps de tournage du film consacré à une exposition fastidieuse: `` les scènes d'enfance sont à peine un cran au-dessus d'un spécial après l'école, tandis que le voyage à l'étranger est un récit de voyage fastidieux. '' Alors que la séquence d'action de la pièce maîtresse a été louée, tout ce qui l'entourait a déçu - etLe 15:17 à Paris arrivé à la gare pour être accueilli par follement indifférent publics.



Soleil de minuit

Le réalisateur de vidéoclips devenu cinéaste Scott Speer a marqué un coup mineur avec son premier effort de réalisation sur grand écran,Accélérer la révolution- un ajout solide, si non essentiel, au série étrangement persistante. Pour son prochain tour, Speer a monté une adaptation du long métrage japonais de 2006Soleil de minuit, avec l'ancien de Disney Channel Bella Thorne aux côtés de nul autre que Patrick Schwarzenegger, Qui a tranquillement construit un curriculum vitae respectable au cours de la dernière décennie. C'est l'histoire d'une adolescente avec une sensibilité génétique rare et potentiellement mortelle à la lumière du soleil, qui est finalement interrogée par son béguin secret - mais au lieu de tirer sur le cœur, le film est parti les critiques et le public froid avec sa représentation fantaisiste d'un état réel et mortel.

L'A.V. clubIgnatiy Vishnevetsky était parmi les plus offensés, faire remarquer que la condition connue sous le nom de xeroderma pigmentosum 'est une maladie extrêmement défigurante ... mais grâce à un camion chargé de licence dramatique, (le personnage de Thorne) ne souffre que de l'intérêt sentimental morbide provoqué par son état ... sa peau est parfaitement lumineuse' tandis que claquant le film dans son ensemble pour être aussi «romantique qu'une annonce pour un office du tourisme d'État ou un poème imprimé sur une carte de voeux». D'autres critiques n'étaient pas plus gentils, se frottant à des adjectifs comme «absurde», «manipulateur» et «banal». Le film décalé à un lamentable week-end d'ouverture de 4 millions de dollars, et ses perspectives pour le reste de sa course semblent sombres, alors que les critiques conseillent largement aux cinéphiles d'économiser leur argent.

Forever My Girl

Scénariste / réalisateur Bethany Ashton Wolf a dirigé son deuxième effort sur grand écran avecForever My Girl, l'histoire d'une star de la musique country (acteur britannique Alex Roe, Nuits chaudes d'été) qui rentre chez lui pour les funérailles d’un ami, pour affronter l’amour perdu (Jessica Rothe, Jour de la mort heureuse), il a laissé derrière lui. Si cette description vous semble être le genre de chose que le célèbre maître-sobre Nicholas Sparks aurait pu proposer, vous n'êtes certainement pas seul, et cela fait partie du problème - les critiques ne pouvaient s'empêcher de noter quePour toujours n'a même pas réussi à franchir la barre fixé par les pleureurs de Sparks, bien que très populaires.

Le film a semblé faire ressortir le snark dans pratiquement tous les critiques qui l'ont vu.The Detroit News étiqueté 'à peine une étape d'un film à vie', tandis queLa chronique de San FranciscoPeter Hartlaub a angoissant spécifique: `` C'est un film de mauvaise qualité, avec des montages bruts, des mises en scène distrayantes et des intrigues qui peuvent être prédites pour le moment ... il y a un manque de chimie presque saisissant entre les leads, comme s'ils exécutaient leurs scènes un an à part les unes des autres sur différents continents ... (c'est) comme si chaque troisième scène était coupée au hasard, et chaque angle de caméra se résumait à un quatrième choix. L'image géré seulement 16 millions de dollars au cours de sa tournée théâtrale - une autre indication que 2018 ne s'annonce décidément pas comme une grande année pour les drames romantiques.

Sherlock Gnomes

Disney / Touchstone's 2011 animation défaiteGnomeo et Juliette a été un succès surprise, ratisser près de 200 millions de dollars au box-office mondial, en partie grâce à un casting incroyablement accompli qui comprenait James McAvoy, Emily Blunt, Jason Statham et Patrick Stewart. Un récit de la plus grande tragédie de Shakespeare mais avec ... des nains de jardin, le film a gagné critiques mitigées - mais ses retours au box-office ont été plus que suffisants pour garantir une suite, Sherlock Gnomes, qui a inexplicablement dépensé six ans en développement.

Malheureusement, toutes ces années n'ont pas été consacrées à l'élaboration d'une image observable. Malgré la présence de Johnny Depp dans le rôle-titre et du toujours solide Chiwetel Ejiofor comme son Watson, critiques et publics étaient simplement s'ennuie aux larmes par cette sortie. Beaucoup ont noté que, comme l'original, le film semble exister en tant que service de livraison pour la musique du producteur exécutif Elton John (`` Hope the checks cleared, Rocket Man '' impassible un) tandis que d'autres l'ont condamné avec le plus petit des éloges (`` peu probable de faire du mal si vous vous trouvez obligé de le regarder '', concédé un autre). Les films box office lutte peut signifier que nous serons épargnés un autre voyage dans le monde Gnome à l'avenir, cependant, il y a donc au moins cette doublure argentée.

Souhait de mort

Il n'y a peut-être pas un grand film hollywoodien qui soit jamais arrivé avec un timing pire queSouhait de mort, un remake du film de Charles Bronson de 1974 qui a inquiété la plupart des téléspectateurs alors même qu'ils acclamaient les actions de son protagoniste d'acier. La version 2018 présente Bruce Willis dans le rôle de Paul Kersey, un Joe de tous les jours qui prend les armes pour nettoyer les rues de Chicago (porté par le décor new-yorkais de l'original) après que sa fille ait été agressée et sa femme assassinée par des voyous. Le célèbre schlockmeister Eli Roth a livré une image qui a atterri carrément au milieu du débat réel qui fait rage sur les armes à feu en Amérique - et a énormément souffert.

Des critiques qui n'étaient pas simplement dédaigneux ('C'est du rock vigilant papa', moqué Roger Zbert.com, Matt Zoller Seitz) avait tendance à être ouvertement hostile («Smirking Bruce Willis devrait avoir honte de ce méchant redémarrage», trompette le titre d'une revue). Tous ont pris note du timing incroyablement mauvais du film, même si cela aurait pu être légèrement pire - il était repoussé d'une sortie d'automne 2017 après le tournage de masse de Las Vegas qui a coûté la vie à 58 personnes - mais même en mettant de côté toutes ces considérations, le `` plaisir potentiellement méchant '' de Roth dirigeant Willis en tant que Kersey simplement n'a pas réussi à se matérialiser. L'original de Bronson a donné lieu à quatre suites de rendements décroissants; avec cette version ne pas frapper or au box-office, nous espérons que l'histoire ne se répétera pas.

Le paradoxe de Cloverfield

Cela aurait pu être un coup marketing sans précédent: lors de la diffusion du Super Bowl LII en février, une bande-annonce surprise est tombée pourLe paradoxe de Cloverfield, le troisième épisode de J.J. La série de science-fiction / horreur d'Abrams peu reliée. Le film a été diffusé sur Netflix directement après le jeu, et des millions de fans impatients sont à l'écoute ... pour être extrêmement déçu.

Le film était à l'origine destiné à une sortie en salles et lors d'une séance de questions / réponses lors du récent Symposium de divertissement de la UCLA Law School, Paramount COO Andrew Gumpert révélé que la décision de vendre la distribution à Netflix a été prise parce que «il y avait des choses à ce sujet qui nous ont fait faire une pause quant à sa jouabilité commerciale dans le domaine traditionnel». Si cela semble être une façon incroyablement délicate de dire que le film n'était pas bon, eh bien, vous êtes peut-être sur quelque chose. Malgré la présence de David Oyelowo (Selma) et Daniel Brühl (Captain America: guerre civile) parmi un casting rondement impressionnant,Paradoxeétait salué comme 'le revirement le plus rapide d'un événement incontournable à un raté décevant de l'histoire', avec une grande partie de la critique entassés sur ses personnages insuffisamment cuits et son scénario lourd et lourd. Même la grande révélation de la fin n'a pas été épargnée, avecLa listeest Murray Robertson l'appeler un `` squib humide '' - assez douloureux pour une série qui aspire à être une partie créature et une partiezone floue. Espérons que la série se rétablira lors du prochain épisode -Suzerain, dont le producteur J.J. Abrams a promis complètement fou- arrive en salles en octobre.

Winchester

Sur papier,Winchester sonnait comme le genre de slam-dunk d'horreur qui se produit une fois toutes les dix ans environ: une fête effrayante surnaturelle basée sur le histoire vraie incroyablement effrayant de Sarah Winchester, l'héritière de la fortune de Winchester, qui a construit ce qui pourrait facilement être posé comme la mère de toutes les maisons hantées, avec Helen Mirren - désolé, c'est Dame Helen Mirren - dans le rôle titre. Duo d'écriture / mise en scène des frères Spierig a récemment marqué un coup de science-fiction astucieux avec bien reçu de 2015Prédestination, dont l'étoile en petits groupes Sarah Snook revenait également. Les étoiles étaient toutes alignées, alors comment ça s'est passé terriblement mal?

Les critiques étaient d'accord qu'il représentait une baleine d'une occasion manquée, le genre de film totalement oubliable qui offense précisément parce qu'il aurait dû être si mémorable. Peter Travers dePierre roulante plein de mépris partout dans le film, en disant«Il ne devrait pas arriver àn'importe qui,beaucoup moins une Dame - pas un film d'une telle horreur débordante queWinchester,qui enferme la grande Helen Mirren dans un château de cartes gothique qui s'effondre autant sur les acteurs que sur le public. Les Spierigs étaient pris à partie pour avoir choisi la peur du saut plutôt que l'atmosphère s'élevait à une «tentative sinueuse et décevante de ... l'horreur psychologique», et une est allé si loin quant à appeler la présence de Mirren dans le film «inexplicable». AvecWinchester, les Spierigs ont peut-être livré le film le plus décevant de l'année jusqu'à présent - malheureusement pour eux, les films ne sont pas faits sur papier.

Cinquante nuances plus claires

S'il y a un film dont la présence sur cette liste aurait pu être prédite au moment où il a été annoncé, ce seraitCinquante nuances plus claires. Une partie de la propriété multimédia la plus ridiculement populaire à avoir jamais monde decrépusculefan fiction, le troisième versement duCinquante nuances série suit une mâchoire horrible original et une suite qui arborait un lugubre 10 pour cent de tomates pourries marquer en route pour être nommé l'un des pires films d'une année qui a produit àlot des puants. Conformément à la tradition de ses prédécesseurs de critiques épouvantables lors de la publication numéros de billetterie fous, puis,Libéréest certainement un succès sans réserve.

Et ceux les critiques ne se sont pas retenus même un petit peu:L'AtlantiqueChristopher Orr a publié un avis chargé de spoilers, Parce que c'est «tellement horrible qu'il faut le décrire en détail pour le croire». Le célèbre Rex Reed coloré l'a jugé «grotesquement stupide et inévitablement ennuyeux», notant succinctement qu'il «continue d'ignorer la motivation, le développement du personnage, la logique et la cohésion narrative», mais en lui donnant «une étoile pour le mobilier». Même les quelques critiques positives tendent à souligner ses mérites satire involontaire plutôt que toutes les qualités de rachat qu'il pourrait avoir. Mais il y a une réalisation cinématographique quiCinquante nuances plus claires mérite un crédit sans réserve pour: mettre fin à la série.

Une ride dans le temps

Les attentes étaient énormes pour l'adaptation du réalisateur Ava DuVernay du roman classique de 1962 de YA de Madeleine L'Engle Une ride dans le temps.DuVernay et Ryan Coogler ont travaillé de façon célèbre dans le couloir l'un sur l'autre sur le terrain de Disney alors que Coogler préparait le hit du monstre Panthère noire, et Coogler lui-même semblait pris avecRide sincèrement hommage à DuVernay qu'il a publié en ligne. Avec un casting incroyable qui comprenait Storm Reid, Reese Witherspoon et Oprah Winfrey, le film semblait être un autre gagnant pour Disney - mais malheureusement, il est tombé étonnamment plat avec les critiques, et publié à plat reçus au guichet correspondre.

Bien qu'il y ait eu des avis positifs, les critiques négatives se sont concentrées sur la déception qui sera certainement ressentie par les fans du roman, car l'adaptation n'a finalement pas correspondu au ton de la source.Splice Todayde Stephen Silver argumenté que le film «n'est pas aussi réussi que le travail précédent du réalisateur. Il est basé sur l'un de ces romans qui ont longtemps été décrits comme non adaptables, pour aboutir à un film qui a donné raison à ces opposants. Un avis est allé si loin comme pour l'appeler «leTomorrow Land de 2018, 'un film qui' ne cesse de se sentir générique '; un autre laissé entendre que le film aurait pu être amélioré avec un meilleur montage. Il semble que ce ne soit pas seulement une chose qui a mal tourné, mais si les travaux passés stellaires de DuVernay sont une indication, elle devrait rebondir rapidement de cet échec comparatif.

L'étranger

Les cinq dernières années ont été pleines de hauts et de bas pour Jared Leto, l'acteur tourné vers le frontman de 30 Seconds To Mars a remporté un Oscar pour son rôle de soutien dans 2013Dallas Buyers Club. Il a suivi cet exploit avec un tour en tant que Joker en 2016Suicide Squad, en essayant d'éviter de piétiner la mémoire de l'un des meilleures performances jamais filmé et échouer puissamment;son prochain rôle était presque aussi risqué, En tant que fabricant aveugle de réplicantsBlade Runner 2049, une suite très tardive à l'un des films les plus appréciés de la science-fiction. Bien que cette apparence ait été assez bien accueillie, les montagnes russes de carrière de Leto se poursuivent avec le film original de NetflixL'étranger - quels critiques ont fait un panoramique approprié, d'un côté et de l'autre.

Leto incarne un ancien soldat américain qui rejoint les Yakuza au Japon après la Seconde Guerre mondiale, un personnage qui a été appelé `` parmi les protagonistes cinématographiques les moins engageants de mémoire récente '' dans un film qui a été impitoyablement dénoncé comme un `` raté aveugle '' et `` un autre grand swing-and-a-miss'pour Leto.Déciderla critique de a souligné la présence d'un trope très décrié pour accompagner son personnage principal peu inspiré: `` C'est un film qui est trop soucieux de justifier son personnage principal que de donner à ce personnage principal quelque chose d'intéressant à faire ou à être. Ce film blanc sauveur ne peut pas se sauver. Aie.

Acrimonie

Il est sûr de dire que Taraji P. Henson connaît une année difficile. En plus de la déception colossale qui a été Mary fière, elle prend le rôle principal dans Acrimonie, le dernier potboiler de Tyler Perry, qui n'a jamais fait de film que les critiques n'ont pas fait aimer détester. Henson dépeint une femme dont le mari trompeur la pousse au bord de la folie, et alors que ses formidables côtelettes sont exposées ici comme dans tout ce qu'elle a jamais été, sa présence n'était tout simplement pas suffisante pour sauver cela boiteux, thriller dérivé.

Plus précisément,Newsday décrit le film comme «une tentative de Attraction fatale, mais l'écriture maladroite et le rythme lent s'avèrent mortels. leVillage Voice a également remarqué la similitude dans son examen: «malgré tous sesAttraction fatale-ornements de style,Acrimonieest un drame gonflé en désaccord avec lui-même et ses personnages. Pour qui sommes-nous censés nous installer? La femme méprisée ou le mari qui a clairement fait du tort mais qui essaie de réparer? Le public semblait également confus; malgré le nom de Perry garantissant pratiquement un profit,Acrimonieéchoué même pour correspondre à la performance au box-office de son dernierFait un sortie, qui elle-même n'était pas spectaculaire.

Trafic

Paula Patton a été dans l'œil du public pour beaucoup de mauvaises raisons, d'un rupture bien médiatisée à un rôle de soutien dans un film universellement vilipendé - le fait qu'elle est incroyablement talentueuse et juste ne semble pas pouvoir faire une pause se perd souvent dans le shuffle. Malheureusement, sa série de doutes continue avecTrafic, à thriller hackneyed dans lequel son rôle équivaut à une seule tache lumineuse.

leHollywood Reporterc'est examen des cloques reconnaît que Patton `` donne presque à lui seul envie de prendre le film un peu plus au sérieux qu'il n'est en aucune façon justifié '', avant de passer à la sauvagerie des `` personnages de stock, des clichés de suspense hackneyed et des notes prévisibles '', ainsi que des `` conserves '' -une partition électronique sonore. leAustin ChronicleSteve Davis a accepté, en notant que `` Si ce film démontre quelque chose, c'est que cette actrice capable mérite mieux que d'être connue sous le nom d'ex-Mme. Robin Thicke.' Bien que la plupart s'est mis en quatre faire l'éloge de la cinématographie d'un vétéran lenser Dante Spinotti, qui a travaillé sur des classiques commeChaleuretL.A. confidentiel, même son travail «obsédant et claustrophobe» ne pouvait pas racheter un thriller qui était finalement insuffisamment cuit au stade de l'écriture.

Je me sens jolie

Alors que la plupart conviendraient qu'Amy Schumer est une femme très drôle, il est difficile de nier qu'elle a eu du mal à atteindre son rythme avec ses projets de films. Après un début prometteur avec Judd Apatow réalisé en 2015Accident ferroviaire (qu'elle a également écrit), son effort de 2017Arrachétombé à plat avec publics et critiques ressemblent. Cette annéeJe me sens jolie - dans laquelle la femme de taille moyenne de Schumer se réveille d'un accident en croyant qu'elle est un mannequin - semblait arborer les prémisses parfaites de la marque de comédie de Schumer, mais il s'est avéré être un autre balancer et manquer.

leNew yorkais proclamé haut et fort le film `` Another Waste of Amy Schumer '' dans son titre, l'appelant une `` condescendance douloureuse et inconsciente déguisée en encouragement '' et notant que le reste de la distribution - qui comprend Naomi Campbell, Michelle Williams et l'actrice chevronnée Lauren Hutton - est gaspillé sur le matériel aussi. La plupart des autres critiques n'étaient pas plus gentils, convenant que les thèmes de l'amour-propre du film semblaient exaspérants et non sincères et que les moments comiques étaient extrêmement sourds (un est allé si loin comme pour qualifier le film de 'profondément peu drôle'). Peut-être qu'Apatow, le seul réalisateur qui s'est révélé capable d'exploiter l'ambiance de Schumer sur grand écran, devrait lui téléphoner, car la réponse àJe me sens joliea été tout simplement laid.

Super Troopers 2

Personne n'a jamais accusé la panique de la troupe de comédie Broken Lizard en 2002 Super Troopers - les aventures d'un groupe de flics juvéniles, incroyablement étranges - d'être du grand art, mais parmi les fans de comédie d'une certaine bande, il a presque immédiatement été salué comme une sorte de chef-d'œuvre dément. Il a engendré suffisamment de lignes interminables pour l'empêcher de disparaître de la mémoire du public, mais si les suites tardives sont toujours une proposition délicate, les suites de comédie tardives peuvent être encore plus délicat - comme l'illustre le très attendu, suprêmement décevantSuper Troopers 2.

Les lézards ont insufflé de grands espoirs aux fans qui ont financé le film via Kickstarter, mais plutôt que de tenter de se surpasser, Jay Chandrasekhar, Kevin Heffernan et les autres semblent avoir été complètement disposé de se rabattre uniquement sur le plus évident, le plus juvénile des gags dans une suite que les critiques ont trouvé superficielle au mieux. leLos Angeles Times l'a appelé «une copie très dégradée de l'original» tout en exprimant des plaintes au sujet de l'humour misogyne et homophobe du film repris par la grande majorité des critiques; une critique singularisé comme «une étude de cas sur les raisons pour lesquelles les suites de comédie ne fonctionnent presque jamais», soulignant que le film semble coincé dans une distorsion temporelle comique et qualifiant l'humour de «encore plus sobre que l'original». Cela a peut-être été conçu comme une lettre d'amour aux fans, maisSuper Troopers 2 a seulement servi de confirmation que ces flics doivent prendre leur retraite, miaou.

À la mer

Peut-être que le seul type de film vu avec plus de suspicion que la suite de la comédie est le redémarrage de la comédie, une entreprise qui ne va jamais bien même avec une propriété universellement appréciée et un casting stellaire. Cette annéeÀ la mer, une version sexuée d'un véhicule Kurt Russell / Goldie Hawn peu connu et encore moins aimé de 1987, était donc confronté à une bataille difficile à partir du moment où il a été annoncé - et même la présence de l'hilarante et fiable Anna Faris n'a pas pu sauver ce rechapage totalement inutile.

Faris joue une maman de la classe ouvrière engagée pour nettoyer le bateau d'un playboy mexicain (Eugenio Derbez, l'une des plus grandes stars du Mexique) qui profite de la situation lorsque son employeur tombe par dessus bord et se retrouve amnésique, le convaincant qu'il est son mari. Les critiques n'ont pas tardé à souligner que cette prémisse (qui est douteuse même selon les normes des années 80) ne peut vraisemblablement pas tenir le coup aujourd'hui, et ils n'ont pas retenu les jeux de mots nautiques en affirmant qu'il s'agit d'une histoire qui n'avait vraiment pas besoin revisiter. «Laissez celui-ci flottant sans gilet de sauvetage», informé The Associated Press; '(Faris et Derbez) ne peuvent pas empêcher ce redémarrage de couler comme une pierre', a déclaré Peter Travers dePierre roulante. Lorsque votre film n'existe que pour donner aux critiques la pratique de faire des blagues terribles, vous savez que vous êtes en difficulté et que vous vous ouvrezAvengers: Infinity Wardans sa deuxième semaine était le dernier clou dans le cercueil de cette comédie molle.

Show Dogs

Will Arnett a peut-être atteint l'or critique avec une série télévisée mettant en vedette animaux qui parlent, Mais cela ne commence pas à expliquer sa présence dans Show Dogs, à comédie faible qui l'a jumelé en tant que détective de la police humaine avec un partenaire canin sournois exprimé par Ludacris. Le réalisateur Raja Gosnell's filmographie se lit comme une liste assez complète de toutes les comédies familiales inoffensives mais maladroites des deux dernières décennies (Maison de Big Momma, deuxScooby Doo films,Beverly Hills Chihuahua, une paire deSchtroumpfs films), etShow Dogsn'est rien sinon un ajout cohérent à son canon.

La performance d'Arnett a été accueillie avec des descripteurs humbles tels que 'perdu' et «clairement embarrassé»de nombreux critiques notant que même un film visiblement destiné aux jeunes enfants n'a aucune excuse pour ennuyer leurs parents aux larmes. Alors que certains éloges ont été réservés à la performance vocale de l'acteur vétéran Stanley Tucci dans un second rôle, le film dans son ensemble a été vivement critiqué pour tout, de son 'stupidement stupide' tracer des gags qui se situent dans une fourchette étroite entre paresseux et insensé. Nous pouvons tous convenir qu'Arnett méritait mieux, mais leSan Francisco ChroniclePeter Hartlaub est allé encore plus loin: «Le temps passé en famille devrait être précieux» il a écrit'Alors, prenez position à Hollywood et votez avec votre portefeuille: nous méritons tous un meilleur film de chien parlant en direct que celui-ci.'

Dieu n'est pas mort: une lumière dans les ténèbres

Alors que la récente vague de films confessionnels n'a eu aucun mal à dégager des bénéfices, ils sont curieusement à court d'inspiration, et même ceux basés sur propriétés populaires avec des étoiles bancables parmi les acteurs ont été traités sans merci par les critiques. 2014'sDieu n'est pas mort, uniformément panoramique pour son complot rempli de trous et son attitude hostile à l'athéisme, était lié pour le traitement de franchise après affectation plus de 60 millions de dollars en recettes de billetterie sur un budget dérisoire, et même le rendements décroissants de sa suite de 2016 n'a pas pu empêcher la maison de production PureFlix de nous honorer avec ce troisième opus.

Malheureusement,Dieu n'est pas mort: une lumière dans les ténèbres a poursuivi la tradition de ses prédécesseurs prêchant aux convertis tout en étant quasiment inaccessible pour le grand public. Sheila O'Malley de RogerEbert.com singularisé l'attitude de division de la série sur l'inclusivité: `` Elle présente tous les éléments familiers des deux films précédents: un complexe de persécution, une attitude `` nous contre eux '' et des visions de fidèles courageux affrontant une société laïque hostile. ' leUN V. clubde Vadim Rizov, en disant, `` Cela ne fait pas que puiser dans le puits sans fond et inexplicable de la paranoïa à propos de la persécution des chrétiens blancs aux États-Unis ... il jette également des camées du porte-parole de la NRA Dana Loesch et de la juge de la personnalité de Fox News, Jeanine Pirro, juste pour le rendre absolument clairement où se trouve le film et son public présumé. Le complexe de persécution du film était un thème récurrent parmi les critiques, mais à en juger par la box-office, Le message semble vieillir même pour le public cible.

Muet

Le réalisateur Duncan Jones, fils de la légende de la musique David Bowie, devient un cinéaste déconcertant après avoir montré des promesses ridicules avec ses premières œuvres. Ses débuts en 2009Lune, àzone floue-squi thriller de science-fiction mettant en vedette une performance de plomb remarquable de Sam Rockwell, a été étonnamment assuré et gagné des tas d'éloges critiques; son suivi, 2011Code source, était même plus bien reçu et semblait promettre l'avenir le plus brillant pour le jeune réalisateur. Mais vint ensuite 2016Warcraft, une adaptation de jeu vidéo molle qui a floppé aux États-Unis mais énorme entreprise à l'étranger, Laissant les fans se demander si Jones avait abandonné l'art pour un chèque de paie géant.

Leurs préoccupations semblaient apaisées lorsque le prochain projet de Jones, le film original de NetflixMuet, a été annoncé comme un «successeur spirituel»Lune, indiquant un retour aux racines de science-fiction enivrantes du réalisateur. Mais malgré la présence de Rockwell, Alexander Skarsgard (Vrai sang) et Paul Rudd (L'homme fourmi), le film est arrivé à moitié cuit 'liste à puces des absurdités,' a 'méli-mélo d'idées à la recherche d'un film. ' De nombreux critiques ont salué le style visuel du film, certains admettant que l'acte d'ouverture ne les avait accrochés qu'à livrer un «gain décevant». Mais Rosie Fletcher deEspion numérique succinctement résumé l'opinion du consensus: `` Le film entier est peuplé de personnes auxquelles vous ne croyez pas ou ne vous souciez pas du tout, se comportant d'une manière qui n'a pas de sens dans un contexte de science-fiction en chiffres bon marché. '' Bonne chance la prochaine fois, M. Jones.

La semaine de

Netflix a passé un vraiment fou montant d'argent sur le contenu original en 2018, faisant apparemment partie de sa stratégie pour conquérir tous les domaines des médias visuels non actuellement dominé par Disney et Universal. Mais les salves d'ouverture du géant du streaming dans ce gambit ont été un sac mélangé; la fonctionnalité Will Smith à gros budgetBrillant (sorti fin 2017) a été un succès pour le service mais a été sauvage par les critiques, et suite surpriseLe paradoxe de Cloverfield n'a pu marquer avec aucune foule.

Sur les talons de la grève de la science-fictionMuet, Netflix a changé de vitesse avecLa semaine de, une comédie entre amis avec Chris Rock et Adam Sandler, dont le nom même est devenu synonyme de comédies de mauvaise qualité et à la limite du genre qui sont susceptibles d'être mentionnées dans les discussions sur le les pires films de tous les temps.La semaine dea poursuivi cette séquence douteuse, faire ressortir le venin dans presque tous les critiques qui l'ont vu. Rafer Guzman deNewsday avait une théorie quant à la raison pour laquelle le film n'a pas obtenu de sortie en salles: `` Il n'y a aucun moyen que le public paie pour voir La semaine de au théâtre », écrit-il. «Même en streaming, cela peut sembler une arnaque.» Daniel Rutledge deFlicks.co.nzimpassible, `` C'est surtout juste ennuyeux, avec les morceaux de comédie agaçants et drôles qui brisent au moins la monotonie '' - reflétant le consensus général selon lequel le film de près de deux heures est un désordre trop long, ennuyeux et giflé avec nary un gag inspiré être trouvé. En d'autres termes, un film d'Adam Sandler.

Effraction

Effraction ressemblait à un incontournable: une sorte de thriller d'invasion à domicile mettant en vedette la talentueuse Gabrielle Union (La naissance d'une nation), écrit par le scribe prometteur Ryan Engle (Le banlieue, Déchaînement) Et réalisé par James McTeigue, un styliste visuel qui a travaillé comme assistant réalisateur sur des films commeVille sombre etLa matrice, et dont les débuts de réalisateur ont été l'adaptation classique du roman graphiqueV pour Vendetta. Union dépeint une mère qui doit sauver ses enfants des kidnappeurs enfermés dans une maison ultra-sécurisée, gagnante d'une prémisse qui a en quelque sorte réussi à tomber complètement à plat À l'écran.

Pierre roulante critique Peter Travers simplement déchargé sur le film: `` Le jeu, l'écriture et la mise en scène apathique et plombé de cette bombe à couper le souffle stupide défient le public de rester conscient pendant ses 88 minutes ... James McTeigue, 13 ans après son seul bon film, utilise tous les trucs de la réalisation 101 manuel pour nous distraire de l'idiotie de ce que nous voyons. Rien ne fonctionne.' La quasi-totalité des éloges du film a été réservée à la performance d'Union, qui était malheureusement au service d'un thriller par cœur, peint par numéros, avec un manque de sensations fortes. Presque tous les critiques ont rapidement signalerEffractionsauts absurdes de logique et de rebondissements ridicules, comme Adam Graham duDetroit News, dont le résumé était éloquent dans sa brièveté: 'Effractionest cassé.'

Point d'action

Sur papier,Point d'action ressemblait à l'or de la comédie infaillible. Basé sur le célèbre, dangereusement irresponsable Parc d'Action réel et mettant en vedette Johnny Knoxville et sa rafle habituelle d'amis prêts à se mettre en danger pour notre divertissement, il semblait arborer le dispositif de cadrage parfait pour une autre série de cascades folles, de chutes humiliantes et de rafales de rire - mais arrivé dans les théâtres uniquement pour tomberdroit sur son visage.

Étonnamment, de nombreux critiques ont trouvé Point d'action ne pasÂnesuffisant.Pierre roulantePeter Travers était parmi cette foule, dire que 'Point d'actionest le premierÂnefilm lié à jouer en toute sécurité. Maintenant, c'est vraiment douloureux. La plupart des critiques étaient d'accord, appelant le film décevant en chiffreset indigne de son inspiration;Reno News and Reviewle critique Bob Grimm, qui a survécu au véritable parc d’action quand il était enfant, l'a appelé 'Fondamentalement, une insulte à la légende d'Action Park - ou Death Park, comme nous aimions l'appeler.' C'est un cas extrêmement rare de ne pas aller assez loin pourÂneéquipage; comme ils ont tous été dans le commerce de s'abuser de manière flagrante pendant la majeure partie de deux décennies, voici en espérant qu'ils pourront nous donner au moins une autre sortie sans se tuer.

Gringo

S'il s'agit de votre première audition d'action / comédieGringo, tu n'es pas seul. Le film floppé de façon spectaculaire en large diffusion, ne rapportant que 11 millions de dollars dans le monde, malgré une distribution incroyablement accomplie mettant en vedette David Oyelowo, Charlize Theron et Amanda Seyfried. L'histoire d'un Américain aux manières douces (Oyelowo) qui va toutBreaking Bad lors d'un voyage au sud de la frontière, le deuxième volet du vétéran coordinateur de cascades Nash edgertonn'a pas réussi à marquer avec la critique alors que le grand public n'était apparemment pas au courant de son existence.

Non pas que ce soit nécessairement une mauvaise chose:ReelViewsle critique James Berardinelli a cloué le consensus général observant que le film donne l'impression que les cinéastes ont jeté des idées et des éléments prometteurs en tissant un film de poursuite complètement générique et en prétendant que c'est quelque chose de spécial en utilisant des choix stylistiques inefficaces. Pierre roulanteDavid Fear était encore moins aimable: «Il ne peut pas décider s'il veut être magnifiquement toxique ou simplement médiocre. ... C'est un 'gambade' qui ne veut aller nulle part ... et lentement. ' La majeure partie du venin critique était réservée à son désordre drôle et artificiel d'un scénario, sur lequel l'incroyable casting du film a été apparemment complètement perdu. Espérons que cela ne deviendra pas un thème récurrent pour le scribe Anthony Tambakis, qui a suiviGringoparécriture de scripts pourSuicide Squad 2etMauvais garçons pour la vie.

Gotti

Un projet passion pour la star John Travolta, le biopicGotti arrivé après parcouru les producteurs et réalisateurs à un rythme alarmant; la production a subi des affrontements entre le casting et les producteurs, et a été basculée de studio en studio comme une patate chaude. Sa date de sortie a été repoussée à plusieurs reprises en conséquence, et quand il a finalement atterri dans les salles de cinéma, toute cette discorde étaitvisible juste là sur l'écran.

De nombreux critiques ont salué la performance engagée de Travolta, livrée au service d'un film incohérent.Divertissement hebdomadaire'est Chris Nashawaty posé les problèmes de stimulation amateur du film et' buckshot 'ce' scénario 'qui s'est passé et puis qui s'est passé uniquement aux pieds du réalisateur Kevin Connolly, mieux connu pour son rôle d'Eric dans la série HBOEntourage.Newsday'' Frank Lovece était du même avis, qualifiant le film de `` désastre de connexion - les plus grands succès de Don, pour ainsi dire - sans thème perceptible ni récit cohérent ''. Une partie du blâme était également réservée aux scénaristes Lem Dobbs (Ville sombre) et l'acteur vétéran Leo Rossi, dont le scénario `` s'efforce trop de rassembler trop d'informations dans un petit espace '', ce qui fait que le public `` n'apprend presque rien de l'homme, à part les cinéastes qui pensent qu'il était un gars plutôt debout, ' selon à laDetroit News. Les types de problèmes de production subis parGotti sont presque jamais de bonnes nouvelles, mais les critiques étaient unanimes dans leur évaluation du biopic du Teflon Don en tant que désastre absolu.

La vie du parti

La vie du parti a une intrigue qui semble être le cadre parfait sur lequel accrocher une série de décors comiques de Melissa McCarthy (une femme d'âge moyen récemment divorcée retourne à l'université). Mais McCarthy et son mari Ben Falcone, qui ont co-écrit la photo, ont inexplicablement échoué à se fournir le carburant de la comédie pour faire fonctionner ce véhicule vedette. Basé sur leurs précédentes collaborationsTammy etLe patron, La paire semble avoir du mal à trouver une formule pour jouer avec les forces de McCarthy, et avecLa vie du parti, la lutte continue.

Pierre roulante's Peter Travers appelle McCarthy `` royauté de comédie '', tout en déplorant que même elle `` ne puisse pas empêcher cette fluffball de maman va au collège de se mettre à plat. ... Elle permet à son instinct de rire d'être enterré dans une couverture fade. L'Atlantiqueest Christopher Orr note que le film «ne correspond à aucun des noms de son titre», tout en dénigrant le choix de McCarthy comme partenaire d'écriture. Il écrit: `` Lorsque le mari de Melissa McCarthy, Ben Falcone, apparaît dans l'un de ses films, ne vous inquiétez pas. ... Quand Falcone réalise et coécrit avec McCarthy, cependant ... Eh bien, une extrême prudence est recommandée. C'était un sentiment commun parmi les critiques, même avec certains des avis positifs proclamant simplement le film «assez bon». Falcone est un gars très drôle, mais après trois grèves consécutives, il devrait peut-être prendre une pause prolongée pour écrire les films de sa femme.

Game Over, Man!

L'original Netflix Game Over, Man! a un titre spécialement conçu pour plaire aux cinéphiles d'un certain millésime, et son pedigree comme la création des esprits derrière la série impressionnanteBourreaux de travail fait paraître comme une valeur sûre pour faire rire. Une sorte de spin comiqueDie Hard, le film présente Bourreaux de travail stars Adam Devine, Blake Anderson et Anders Holm en tant que développeurs de jeux vidéo contraints de se battre contre les terroristes - mais insiste pour se rabattre sur les torrents et la vulgarité inutiles beaucoup plus souvent que cette prémisse semble justifier.

leNew York Times' Glenn Kenny appelle le niveau de vulgarité du film «implacable» mais «étrangement apathique», une évaluation reprise par les critiques à travers le spectre. Mais Charles Bramesco deLe gardiencreusé encore plus profondément: «Avec sa combinaison inexplicable de répulsion phallique, de fascination et de révulsion à sa propre fascination», il a écrit'Ce misérable film se déteste plus que jamais.'IndieWireDavid Ehrlich a sonné avec un point intéressant: 'L'inconvénient de générer du contenu original pour Netflix est qu'il n'y a pastoutsurveillance que ce soit; personne pour indiquer combien de blaguesne sont pastravailler, ou dire aux cinéastes que Die Hard est en fait assez drôle en premier lieu. La bibliothèque à croissance rapide du contenu original du géant du streaming est certainement aléatoire, etGame Over, Man! est l'une de ses plus grosses bouffées de 2018.

Homme svelte

Les fans pourraient être pardonnés d'approcherHomme svelte - jusqu'à présent, le seul film à être basé sur un creepypasta - avec une bonne appréhension. Les détails de l'intrigue avaient été étroitement cachés pendant la production du film, et l'ensemble de l'effort n'a pas été aidé par le cas tragique réel entourant l'effroi fictif, dans lequel une jeune fille a été poignardée presque à mort. Mais quand le film est sorti en salles, il est devenu clair pourquoi nous n'avions pas beaucoup entendu parler de l'intrigue - il n'y avait pas grand-chose à dire.

Les critiques ont absolument fouetté l'image pour son histoire mince comme du papier et l'absence de toute peur réelle. Adam Graham duDetroit News au moins est reparti avec un bonne idée de la façon de conquérir le mystérieux démon: «rendre son histoire si ennuyeuse que personne ne s'en soucie». Felix Vasquez, Jr. deCinéma foucloué tous les problèmes du film avec une phrase succincte: `` Au fond, bat le cœur d'un grand film d'horreur, mais il est perdu dans les craintes de saut bon marché, les mauvais CGI et les crèches lourdes de Cauchemar sur Elm Street et L'anneau. ' Plus d'un critique a noté la proximité du film avec le crime réel qui s'est produit il y a quelques années à peine, certains même faire le cas que le film exploite la tragédie - mais à la fin de la journée,Homme svelteLe pire crime était de ne pas livrer les marchandises effrayantes.

The Darkest Minds

Basé sur le roman pour jeunes adultes d'Alexandra Bracken, The Darkest Minds semblait avoir un pedigree gagnant. Ce fut le début de la réalisation en direct de Jennifer Yuh Nelson, qui a piloté le bien reçu Kung-Fu Panda 2 et sa suite après une longue carrière d'illustrateur de production, travaillant sur des films visuellement frappants comme celui de 1998Ville sombre. À partir d'un scénario de Chad Hodge (Pins capricieux) et avec un casting stellaire comprenant Mandy Moore, Gwendoline Christie et la talentueuse Amandla Stenberg en tête, Nelson semblait prêt à lancer une nouvelle franchise lucrative avec Esprits - des plans probablement morts dans l'eau, depuis le bombardement du film.

Les raisons pour lesquelles il ne s'est pas connecté avec son public cible sont variées, mais les raisonsles critiques l'ont saccagé ne sont pas. Dans l'ensemble, ils ont constaté que - malgré la prémisse intéressante d'adolescents super-puissants en fuite d'un gouvernement dystopique -Esprits retomba dur sur les tropes YA fatigués. Son extrême dérivation n'a pas été aidée par un script déroutant qui se sont précipités à travers les points importants de l'intrigue du roman, et même la photographie était crié pour être terne et visuellement peu attrayant. Ce fut un malheureux swing-and-a-miss pour Nelson, dont le formidable parcours artistique se traduit apparemment mieux en animation qu'en action réelle.

The Happytime Murders

À la surface,The Happytime Murderssemblait avoir une prémisse comique inspirée: une sorte de mashup entre la pièce de théâtreAvenue Q et le classiqueQui veut la peau de Roger Rabbit, le film met en vedette Melissa McCarthy en tant que détective de la police humaine dans un monde où les gens coexistent avec des marionnettes sensibles. Quand le casting de marionnettes de l'émission pour enfants des années 80The Happytime Gang commencer à rencontrer des extrémités violentes, elle et son partenaire fantoche sont chargés d'aller au fond des meurtres. Il avait tous les ingrédients d'un festival de rire torride et énervé - mais le film est arrivé avec beaucoup de tressaillement et de bord, mais sans beaucoup de rires à proprement parler.

La production est la première de Henson Alternative, une ramification sur le thème des adultes du studio de feu Jim Henson, et était dirigée par son fils Brian - deux faits qui semblaient déprimer la majorité des critiques. Peter Travers, toujours brutal,Pierre roulante l'a appelé un «travail de botch toxique» qui «mérite une mort prématurée au box-office», qui était en fait l'une des évaluations les plus aimables de l'image;Sanglant dégoûtantScott Weinberg résume comme «laid, mesquin et agressivement redondant», tandis que Sarah Marrs deLainey Gossip l'a appelé 'trop ​​ennuyeux et médiocre pour être le pire film jamais réalisé.' (Aïe.) L'humour torride à base de marionnettes peut certainement être retiré - voirTeam America: World Police - mais Henson et son équipage n'ont pas pu déchiffrer le code et ont également réussi à livrer un autre véhicule vedette indigne des talents de McCarthy.

Mile 22

Personne n'a jamais accusé Mark Wahlberg d'être l'acteur le plus nuancé de notre temps, même si l'homme lui-même est perplexe quant à la raison pour laquelle ses films n'ont pas gagné plus d'Oscars. Peut-être que ça aiderait s'il cessait d'accepter des scripts commeMile 22, un thriller générique d'opérations secrètes qui promet à bout de souffle - et échoue - nous faire découvrir le fonctionnement interne de «l'unité la plus prisée et la moins comprise de la CIA».

De nombreux critiques ont excoré le film pour ses personnages peu développés et l'accent mis sur les séquences d'action de gunslinging sur tout le reste - séquences qui ont été rendues largement inaccessible par un travail de caméra tremblant et un montage inégal. Le complot superficiel du film a également été critiqué; Alci Rengifo deDivertissement Voice hilarante a laissé tomber le micro sur le film en concluant sa critique, 'Si vous cherchez juste Wahlberg armant une arme comme lui seul sait comment, cela pourrait tenir. Mais combien de balles pouvez-vous continuer à tirer dans un trou de complot? Le consensus général: si vous aimez beaucoup de balles, de sang et de Wahlberg à l'air sombre, vous pouvez trouverMile 22 être un passeur de temps acceptable. Si vous cherchez autre chose - comme, disons, un aperçu de l'unité la plus prisée et la moins bien comprise de la CIA - vous en ressortirez déçu.

A.X.L.

A.X.L. est l'histoire d'un garçon et de son chien - un chien robot conçu pour être une machine à tuer par les militaires. Le jeune Miles (Alex Neustaedter) découvre que son nouveau copain se cache de ses créateurs tout en faisant de doux tours sur sa moto, et bien sûr, il est obligé de courir avec son robot-canin lorsque les militaires poursuivent. Nous avons déjà couvert un terrain similaire -Court-circuitetE.T. pourrait bien venir à l'esprit - mais le crime majeur du film n'est pas la dérivation de son histoire, mais le fait qu'il semble vouloir laisser votre mémoire quelques instants après l'avoir regardé.

Les critiques se sont penchées sur des phrases telles que `` totalement oubliables ''.manquant charme, esprit et imagination »et« comme chaud comme n'importe quoi vous trouverez sur la section Craftsman de votre quartier Sears dans l'évaluation du film. En bricolant divers morceaux d'autres meilleurs films pour leur projet, les cinéastes ont apparemment oublié la partie qui a fait le succès de leurs inspirations: une véritable émotion humaine. Dit Frank Scheck deThe Hollywood Reporter: «La fonction axée sur les enfants d'Oliver Daly ne fait que désespérer la magie de style Amblin Entertainment. Le résultat est queA.X.L.se sent désespérément besoin de réparations.

Parents

Le premier long métrage des frères jumeaux Jonathan et Josh Baker,Parents arbore une prémisse de science-fiction intéressante. Un adolescent (Myles Truitt) et son frère aîné récemment libéré (Jack Reynor) s'emmêlent avec un seigneur de la drogue local, avec une variable importante: une puissante arme futuriste que le garçon découvre au lendemain d'une escarmouche entre des combattants mystérieux et lourdement blindés. Il mélange des éléments de films de route, d'aventures familiales et de thrillers futuristes, ce qui est peut-être une partie de son problème; chef parmi plaintes des critiques était le ton incroyablement inégal du film, aggravé par son incapacité à jouer les aspects les plus divertissants de ses nombreux éléments.

Par exemple,La portec'est Andrew Parker a noté que «Pour un film construit autour d'un énorme pistolet spatial,Parentsbénéficie d'une précieuse petite action jusqu'aux vingt dernières minutes, et les capacités de l'arme ne sont même pas entrevues avant presque l'heure. Le film n'a pas non plus réussi à atteindre le sweet spot comme un drame familial; commeJake Coyle duPresse associéea déclaré: `` Étant donné le titre du film et que les cinéastes sont eux-mêmes des jumeaux, vous vous attendriez à ce que la relation entre frères au cœur du film soit plus que ce qu'elle est. '' De nombreux critiques aussi ressenti que le matériel aurait pu être beaucoup plus amusant entre les mains d’une équipe de rédaction / direction plus expérimentée - et si le billetterie anémique est une indication, les boulangers pourraient ne pas avoir bientôt une autre chance.

La nonne

Les films du PrestidigitationL'univers n'a jamais rien fait de moins que des gangbusters au box-office, mais en termes critiques, ils ont été quelque chose d'un sac mixte. Depuis la première apparition de la religieuse démoniaque Valak The Conjuring 2, les fans réclament un film centré sur la figure terrifiante - et tout enLa nonnele box-office a en effet été impressionnant, Le film a malheureusement remporté le pires critiques de toute la série.

D’autant plus décevant que les critiques généralement considérait le film comme étant techniquement bien fait, avec de fortes performances de sa distribution - des qualités qui n'ont pas pu le sauver de lacunes géantes dans la logique et d'une structure narrative sinueuse. leLecteur de San Diego's Scott Marks critiqué son «absence totale et totale d'intrigue», avec un moment ostensiblement choquant fournissant «le plus grand rire que j'ai eu dans un théâtre cette année», ce qui n'était probablement pas l'intention des cinéastes. De nombreux observateurs ont également critiqué le film pour sa forte dépendance au cliché. Dit leSeattle Times' Soren Andersen, `` Le public est plongé dans, je dis, plongé dans des clichés de films d'horreur ... Le réalisateur Corin Hardy se dresse si implacablement que les moments ne s'appuient sur aucune sorte d'élan narratif soutenu ... C'est si saccadé et prévisible qu'il devient risible. ' La nonneest garanti de générer des bénéfices, ce qui signifie qu’une suite est probablement en préparation en ce moment; peut-être la prochaine fois, les cinéastes trouveront une histoire plus effrayante à raconter.

Menthe poivrée

Le Français Pierre Morel s'est imposé comme un directeur d'action de type ouvrier avec des thrillers comme l'original Pris et le véhicule Sean Penn de 2015The Gunman. Mais son dernier effort,Menthe poivrée, fait face à une bataille difficile avant même sa libération; son marketing n'était pas vraiment omniprésent, et les fans pourraient être pardonnés d'avoir confondu un film de ce titre avec Jennifer Garner pour une comédie romantique. Mais non: c'est une approche de genre Souhait de mort (qui, notamment, a déjà fait) avec Garner dans le rôle d'une mère déterminée à venger les meurtres insensés de son mari et de sa fille.

Malgré les éloges quasi universels pour la performance de Garner, le film a subi un passage à tabac brutal de la part de critiques qui l'ont condamné, entre autres choses, pour n'avoir pas eu le courage de ses convictions ostensiblement féministes. Lindsey Bahr duPresse associée résume cette opinion bien: 'Menthe poivrée ce n'est pas un modèle d'égalité, c'est juste une évasion violente qui arrive à avoir une femme dans le rôle principal ... peut-être, juste peut-être, la prochaine fois, envisagez une femme ou deux derrière la caméra (et le script). '' D'autres ont déchiré le film pour son manque de créativité ou l'imagination, aux côtés d'un dépendance troublante sur les stéréotypes raciaux. Certains même suggéré cette Menthe poivréefonctionne mieux comme parodie - pas exactement une prise idéale pour un film qui prétend avoir de gros problèmes en tête. Garner est talentueuse et pourrait utiliser plus de véhicules vedettes - mais selon la plupart des comptes, c'est celle qu'elle aurait dû transmettre.

Le prédateur

Les fans d'horreur de science-fiction et d'action des années 80 ont été psychédés au-delà de toute croyance par l'annonce de Le prédateur, une suite de Shane Black réalisée en banlieue. Les bonafides d'action de Black n'ont jamais été remis en question, et il avait même un petit et rôle ingrat dans le film original. Les bandes-annonces avaient l'air excitantes, fraîches et amusantes, et il semblait très improbable que Black laisse tomber complètement le ballon.

Eh bien, il ne l'a pas fait, ne serait-ce que parce que le ballon n'a jamais touché ses mains. Le noir est incapable de faire un malà la recherche Le film et les avis positifs se concentraient presque universellement sur les dons du réalisateur pour la mise en scène de l'action et de la violence - des cadeaux qui, malheureusement, ne pouvaient pas surmonter un scénario étonnamment fade et un complot indiscipliné. Brandon Katz deL'observateur hilarante l'a appelé'un sac à main complet de moyennité, aggravé par son manque de distinction', tandis que ses pairs critiquaient le film pour sa dépendance excessive à zippy one-liners et pour émuler des films B des années 80 dans le les pires façons possibles. Cela a ajouté à une bouffée choquante d'un cinéaste qui semblait avoir tous les ingrédients pour faire un superPrédateurfilm, une métaphore qui était carrément cloué par la critique YouTube Achara Kirk: `` Pour une raison quelconque, les quantités étaient incorrectes, ou elles ont été cuites à la mauvaise température ... décevantes. ''

Unbroken: le chemin de la rédemption

2014's Ininterrompu avait un pedigree intéressant: une dramatisation de la vie du véritable héros de la Seconde Guerre mondiale Louis Zamperini, il a été réalisé par Angelina Jolie à partir d'un scénario de Joel et Ethan Coen. Bien qu'il s'agisse d'un succès mineur au box-office, le film a divisé les critiques au milieu et, comme il racontait une histoire complète et autonome, ne semblait pas être un candidat solide pour le traitement de la suite. Mais Pureflix, ce fournisseur fiable de films `` religieux '' tournés en dérision, a vu le potentiel de franchise que personne d'autre n'a fait dans l'histoire de Zamperini, et a exploitéDieu n'est pas mort réalisateur Harold Cronk pour raconter l'histoire du réveil religieux de Zamperini après la guerre - avec des résultats prévisibles.

Pureflix a apporté son prêcher aux convertis esthétique à ce que la plupart des critiques ont trouvé être entièrement addendum inutile au film original. Finis Jolie, les frères Coen et les derniers membres deIninterrompu's cast; à leur place sont Cronk, un casting d'inconnues virtuelles, et une paire de scénaristes qui semblent avoir fait tout leur meilleur travail il y a des décennies. Steven D. Graydanus duRegistre national catholique pensivement résumé le problème majeur du film, ainsi que ceux de pratiquement toutes les autres offres Pureflix, succinctement: `` Les films religieux intéressants explorent les implications et l'expérience vécue de la foi ou éclairent peut-être la réalité de la vie sans elle. Malheureusement,Chemin vers la rédemptionn'a aucun intérêt pour le premier et n'est pas à la hauteur du second.

La vie elle-même

L'écrivain / réalisateur Dan Fogelman s'est fait un nom en scénarisant les longs métrages d'animation Voitures et Emmêlé avant de trouver son plus grand succès en tant que créateur du mélodrame télévisé C'est nous. Pour son deuxième long métrage La vie elle-même, il visait à apporter l'esthétique de cette série au grand écran, avec l'aide d'un casting de tueur mettant en vedette Olivia Wilde, Oscar Isaac et les acteurs vétérans Annette Bening et Antonio Banderas. Peut-être, comme l'ont suggéré de nombreux critiques, ses talents sont tout simplement mieux adaptés à la télévision - parce queLa vie elle-même arrivé dans des théâtres curieusement dépourvus de vie.

L'Adam Graham toujours coloré duDetroit News ratissé le film sur les braises: `` Fogelman veut que le public ressente son amour, mais les seuls outils à sa disposition sont la sève et le fromage, qu'il frappe les téléspectateurs avec comme un chauffeur de bus errant '' il a écrit. 'La vie elle-même est une atrocité, l'un des pires films de l'année. Fogelman voulait du tragique, et il l'a certainement trouvé. Commentaires un peu plus gentils (mais toujours négatifs) a reconnu le talent de Fogelman tout en notant que son histoire et ses caractérisations étaient un gâchis complet, mais la plupart des critiques en ont simplement profité pour sortir les gros canons. M'a ditIndieWirec'est Kate Erbland: `` C'est un film conçu pour des gens à qui on ne peut pas faire confiance pour comprendre une narration à moins qu'il ne soit pas seulement alimenté à la cuillère, mais à la louche, empilé et expliqué par montage et voix off. ''

École du soir

Tout le monde sait que Kevin Hart est un homme très drôle, et Tiffany Haddish est en hausse depuis le succès critique et commercial de 2017 Voyage de filles. Le réalisateur de ce film, Malcolm D. Lee, est revenu en 2018 avec École du soir, qui associe Hart et Haddish dans l'histoire d'un groupe de lunkheads prenant des cours d'éducation des adultes dans l'espoir de réussir l'examen GED. Avec cette simple prémisse et les talents de deux des meilleurs riffmeisters du métier, le film avait toutes les qualités d'or de la comédie - mais malheureusement, la paire s'est retrouvée paralysée par un scénario médiocre qui n'a pas profité de leur sensibilité comique.

Todd Jorgenson deCinemalogue n'a pas pu résister se détacher comme un directeur ennuyé dans sa revue, en disant:École du soira besoin d'une conférence sur la façon de prêter attention et de s'appliquer en classe. En effet, certains cours de rattrapage scénaristique pourraient être de mise pour les créateurs de cette comédie en développement arrêté. Adam Graham duDetroit News a été l'un des nombreux critiques remarquer que Hart et Haddish 'sont tous deux des comédiens très doués, mais École du soir ne leur permet pas de riffer. Peut-être qu'un style d'improvisation plus libre aurait pu sauver le film, que la majorité des critiques qualifiaient de pas terriblement horrible, mais profondément décevant.The Film Pieest Matthew Toomey résume mieux: 'Kevin Hart a été meilleur. Tiffany Haddish a été meilleure.École du soiraurait dû être mieux.

Johnny English frappe encore

2003 Johnny anglais, la parodie de James Bond dirigée par Rowan Atkinson, n'était pas exactement une chérie critique. Les critiques en général trouvé le film être mou et sans inspiration («Mike Myers a travaillé ce matériau à mort», impassible Peter Travers dePierre roulante), mais le public s'en fichait le moins du monde. Au moins, un public non américain; l'image aspirait la part du lion 160 000 000 $ brut mondial à l'étranger, et l'histoire s'est répétée avec la suite de 2011Johnny English Reborn, qui nombres presque identiques tout en recueillant ... eh bien, critiques presque identiques.La troisième fois pourrait-elle être un charme pour la fortune des États-Unis de l'espion maladroit? En un mot: non.

Encore une fois, 2018Johnny English frappe encore à peine enregistré un blip au box-office américain tout en nettoyant positivement sur les marchés étrangers, à la perplexité continue des critiques américains.Divertissement hebdomadaire's Dana Schwartz n'a certainement pas été amusé: `` Avec son intrigue simple dans le trou et ses gags comme des pantalons tombant et révélant un cul nu aux journalistes '', a-t-elle déclaré, `` ce film pourrait réussir comme une gambade compétente mais oubliable pour les enfants de 8 ans dans un monde oùAustin Powers,La panthère Rose, etDeviens intelligentn'existait pas pour une raison quelconque. D'autres étaient encore moins indulgents, pointant vers des performances de soutien raides et une pénurie générale de rires. Mais fidèle à l'esprit de l'homonyme de son site Web,RogerEbert.com's Nell Minnow résume le mieux: `` Levez la main si vous attendiez un autre film de Rowan Atkinson sur l'espion britannique maladroit, Johnny English. Oui, moi non plus.'

chasseur tueur

Adapté du roman de 2012 Point de tir, chasseur tueur avait l'air d'avoir le potentiel d'être unHunt for Red October pour une nouvelle génération. La star Gerard Butler n'a pas été exactement l'or au box-office ces derniers temps, avec 2017 Geostormet 2018Den of Thieves les deux tombant terriblement à plat auprès des critiques et du public. Mais avec un casting de soutien intéressant, notamment Gary Oldman et Common, Butler espérait transformer sa fortune en Navy SEAL qui finirait par venir à la rescousse du président russe après un coup d'État manqué. Malheureusement, n'a pas fonctionné tout à fait comme il l'avait espéré.

Les critiques ont trouvé le film comme un gaspillage d'une prémisse intéressante, un «générique et peu chauffé» thriller avec un personnage principal 'que vous souhaiteriez pouvoir appeler un homme de peu de mots; il parle beaucoup trop. Légendaire Chicago Sun-Times critique et ancien cohorte Roger Ebert Richard Roeper fustigé le film comme un «thriller politique bombardé, absurde, criblé de clichés, bourré, pas si froid que la guerre froide qui semble d'autant plus ridicule compte tenu de l'état actuel des relations américano-russes», et il n'était pas le seul observateur à signaler le «timing géopolitique malheureux du film». Ces considérations mises à part, la majorité des détracteurs ont simplement trouvé le film terriblement ennuyeux - à moins que vous n'ayez un fétiche pour la technologie militaire brillante et brillante (voir: CGI-render). C'est un film qui essaie et ne pose pas de grandes questions, laissant le plus grand de tous - comment a obtenu une sortie en salles - ouvert au débat.

Le casse-noisette et les quatre royaumes

2018 n'a pas été une très bonne année pour les sorties fantastiques à gros budget, et les productions somptueuses sur le thème de Noël sont toujours une proposition délicate. Dans ces deux pièges tombèrent Le casse-noisette et les quatre royaumes, un potentiel de vacances spectaculaire avec un budget gigantesque, des visuels incroyablement rendus et une histoire originale, qui saute dans les dimensions, qui a laissé les critiques aussi uniformément confus que visuellement éblouis. Les avis positifs avaient tendance à se concentrer sur la conception de production spectaculaire du film, mais pour la plupart, cela n'était tout simplement pas suffisant pour porter une histoire qui semblait curieusement creuse là où elle aurait dû être poignante, avec des performances plates de sa distribution surqualifiée.

Citant un autre des puants fantastiques de 2018, Brian Lowry de CNN a pris le film à cœur: 'Comme Une ride dans le temps, Le casse-noisette et les quatre royaumes est un fantasme coûteux mais maladroit, mélangeant des éléments mythiques mais frappant surtout des notes discordantes ... un gâchis, un gâchis qui gaspille largement des acteurs de premier ordre. En effet, même la présence de talents tels que Dame Helen Mirren et Morgan Freeman n'a pas pu sauver un scénario délabré et une histoire étrangement dépourvue d'émotion authentique. Mark Jackson deEpoch Times résume joliment: 'Overblown, Hollywood-style améliorant et embellissant et riffant et trop sur un classique connu, avec tout ce qui est imaginable plus l'évier de cuisine et CGI au-dessus de CGI. Comme trop de bonbons de Noël ... ça te fera mal aux dents.

Personne n'est dupe

Fraîchement sorti de la bombe qui était École du soir, Tiffany Haddish - une actrice talentueuse qui a désespérément besoin d'un véhicule qui comprend ces talents - est revenue fin 2018 avec Personne n'est dupe, une comédie de l'esprit de Tyler Perry. Perry, qui n'a jamais rencontré un complot de formule ou un gag facile qu'il n'aimait pas, n'a certainement pas innové avec cette photo - ce qui est bien pour ses fans indulgents, mais a abouti à un clunker typique dont les critiques ont été obligés traîner d'un côté et de l'autre.

Rafer Guzman de Newsday expliqué consciencieusement, `` Encore une fois, Perry met un bon casting dans une histoire boueuse qui n'a pas de prémisse, d'intrigue ou de thème clair '', une évaluation qui pourrait tout aussi bien avoir été copiée-collée à partir d'une critique d'un précédent film de Perry. Comme d'habitude, même les volumineuses critiques négatives ont fait l'éloge de Haddish; dit leLos Angeles Times' Kimber Myers, 'Haddish et une daffy Whoopi Goldberg ... sont dans un film entièrement différent. Ce n'est peut-être pas mieux, mais au moins c'est plus amusant, entraîné par l'énergie du coucou de Haddish. Elle reprend le film chaque fois qu'elle est à l'écran, (mais) elle ne peut toujours pas nettoyer le gâchis dans lequel elle a atterri. La plupart des observateurs ont également trouvé le temps de critiquer le montage bâclé de la photo et le travail de la caméra amateur, mais si quelqu'un s'attend à ce que Perry nettoie son acte après toutes ces années, il est certainement temps de revoir ces attentes.

Robin des Bois

Avec un matériel source si riche qui n'a pas été exploité, il n'est pas du tout clair pourquoi Tinseltown insiste pour revisiter l'histoire séculaire de Robin des Bois une fois tous les dix ans environ, pourtant nous y sommes. Dirigée par Russell CroweVersion 2010 (dirigée par Ridley Scott) n'était pas une catastrophe absolument critique, et elle a fait un assez d'argent sur son budget alléchant de 200 millions de dollars, ce qui était apparemment suffisant pour convaincre les dirigeants qu'un autre remaniement du conte était de mise. Avec Taron Egerton (duKingsmansérie) et Jamie Foxx, la nouvelle vision du réalisateur Otto Bathurst sur la légende a certainement accéléré l'action et modernisé l'histoire - à son détriment, selon le grande majorité des critiques.

Temps libreest Joshua Rothkopf impassible que le film était «plusieurs nuances de duels terne», tout en concédant qu '«il y a de la distraction à s'émerveiller devant tous les anachronismes». D'autres n'étaient même pas cette genre, y compris fameusement snarkyPierre roulante le critique Peter Travers, qui l'a décritcomme «débordant d'un sentiment légitime de sa propre fraîcheur inexistante». En effet, Robin des Bois semblait scientifiquement calibré pour provoquer la colère des critiques, qui semblaient avoir beaucoup plus de plaisir à saccager l'image qu'à regarder. L'ancien cohorte Roger Ebert Richard Roeper a canalisé son défunt ami avec un parfait, poinçon d'intestin résumant le film: «C'est légitimement drôle. Pas sûr que c'était l'intention.

Bêtes fantastiques: les crimes de Grindelwald

Les légions de fans de J.K. Le monde sorcier de Rowling (ou Potterverse, si vous voulez) était au-dessus de la lune quand il a été annoncé que la légère nouvelle compagne Bêtes fantastiques et où les trouverserait adapté dans cinq autres films, et le premier épisode - le film du même nom de 2016 - en grande partie à la hauteur de leurs attentes. Le prequel, mettant en vedette Eddie Redmayne comme l'auteur du tome titulaire Newt Scamander, nous a donné un aperçu de la communauté des sorciers américains des années 1920 et a mis en place le conflit (évoqué dans leHarry Potter série) entre Albus Dumbledore et le sorcier maléfique Gellert Grindelwald (Johnny Depp). Comme promis par le titre de la nouvelle entrée,Bêtes fantastiques: les crimes de Grindelwald mis ce conflit au premier plan - avec des résultats décevants et ternes.

Malgré l'écriture toujours divertissante de Rowling et la première apparition de Jude Law en tant que jeune Dumbledore,Crimes a été trouvé par de nombreux critiques comme une continuation sans inspiration de l'histoire. «Les baguettes et les sorciers sont toujours là,» déploré James Hadfield deJapan Times, 'mais la magie a disparu ... Alors que son prédécesseur était une flotte et des câpres mousseuses, Les crimes de Grindelwald est ... plus sombre, plus dense et beaucoup plus terne. De nombreux observateurs remarqué sur le manque surprenant de Rowling d'une vision claire de l'histoire, tandis que d'autres l'ont qualifiée de dépasser la fan fiction.MaisCosmopoliteYolanda Machado a peut-être frappé le vrai problème: '(Le film) ne fait littéralement que nous donner beaucoup trop de Johnny Depp.'

Bienvenue à Marwen

Le réalisateur Robert Zemeckis nous a donné des films bien-aimés comme Naufragé et le Retour vers le futur série, et sa sortie de fin d'année Bienvenue à Marwen avait «image de prestige» écrite partout. Il s'agit d'un récit romancé de la vie et de l'œuvre de Mark Hogancamp, un homme qui n'a plus que des morceaux de sa mémoire après une attaque brutale de cinq intimidateurs à l'extérieur d'un bar; pour y faire face, il construit dans sa cour une maquette d'une ville belge de la Seconde Guerre mondiale, avec des personnages articulés représentant lui-même et ses amis. Avec Steve Carell (qui peut être un bon acteur dramatique) dans le rôle principal, le film de Zemeckis a pris un énorme pari esthétique en se déroulant partiellement à l'intérieur la ville fictive - seulement l'un des choix qui a conduit à une image étrangement choquante qui dépeint la maladie mentale d'une manière qui pourrait être poliment décrite comme «mal avisée».

De nombreux critiques observé que le sujet a été traité beaucoup plus habilement dans le documentaire de 2010Marwencol; La performance de Carell a également tiré le feu pour son manque de nuance, et Zemeckis a pris sa part de hits pour offre personnages féminins unidimensionnels et échouer d'injecter l'histoire avec une véritable émotion. Les poupées CGI ont laissé certains téléspectateurs bloqués dans l'étrange vallée (nuances des critiques adressées à Zemeckis 'Le Polar Express), et bien que la plupart des critiques aient convenu que le film était bien intentionné, tout cela s'est traduit par un raté titanesque. M'a ditun critique: 'Bienvenue à Marwenest le film ultime de Robert Zemeckis. Ce n'est pas un compliment. »

Moteurs mortels

Le thriller post-apocalyptique Moteurs mortels, basé sur le premier d'une série de romans YA, était très attendu en raison de l'implication du producteur Peter Jackson et du réalisateur Christian Rivers, un associé de longue date de Jackson qui travaillait dans le département artistiquele Seigneur des Anneaux série et en tant que réalisateur adjoint sur deux desHobbit des films. Dans le monde du film, de gigantesques villes sur roues parcourent le paysage à la recherche de ressources; notre héros Hester Shaw (Hera Hilmar,Le serment) se joint à ses compagnons contre le déchaînement destructeur de ... Londres, qui est devenu un dévoreur mondialement menaçant de ces ressources. Alors que certains critiques loué la construction du monde du film, même les avis positifs déploré son histoire dérivée assemblée - et les critiques qui ont filmé le film l'ont filmé très fort.

RogerEbert.com's Glenn Kenny étiqueté le film «ridiculement présomptueux et kitsch», tandis que leNew York Postest Sarah Stewartl'a appelé `` une explosion lassante de CGI et de genre-cribbing '' qui `` (pille) de meilleurs films pour les pièces de rechange '', soulignant que même la bande originale de Junkie XL rappelle fortement le travail du compositeur sur Mad Max: Fury Road. Elle n'était pas la seule observatrice à souligner queMoteurs mortels semblait inviter à la comparaison avec ce classique inattaquable, même si certains étaient légèrement plus succincts. M'a ditSplice Todayc'est Steven Silver: `` Cela fait longtemps que Peter Jackson n'a pas fait un bon film pour la dernière fois, et la période de sécheresse continue avecMoteurs mortels, qui répond à une question brûlante: et siMad Max: Fury Roadavait sucé?

Holmes et Watson

John C. Reilly et Will Ferrell peuvent être un formidable duo comique; la paire a divisé les côtés du public avec Talladega Nights: La ballade de Ricky Bobbyet Demi frères, qui ont tous deux mis en valeur leur chimie sans effort et leur talent d'improvisation. Malheureusement,Holmes et Watson - leur version comique du célèbre détective fictif Sherlock Holmes et de son fidèle compagnon - a mis un terme à cette séquence. L'un des films les plus critiqués de l'année, Holmes littéralement vu le public sortir du théâtre, et le grande majorité des critiques n'étaient pas trop satisfaits qu'ils soient professionnellement obligés de s'asseoir pendant tout le processus.

Les problèmes ont imprégné la production, de son scénario terriblement drôle à sa direction et son montage, qui un critique appelé le pire de tous les films sortis en 2018. Le film était grillé pour son humour paresseux - un observateur l'a appelé 'un incroyablement boiteux SNL le sketch s'étendait à une longueur de film atroce '' - et pour avoir gaspillé les talents de Reilly, Ferrell et de tout son casting de soutien, qui comprenait Hugh Laurie, Lauren Lapkus et le grand Ralph Fiennes. Rafer Guzman deNewsday embrouillé le film avec une évaluation aussi hilarante que le film lui-même ne l'était pas: 'Holmes et Watson est l'un de ces films qui va au-delà de l'humour et dans une zone de comédie-cubiste, où les blagues ne sont plus reconnaissables et le rire est philosophiquement impossible ... si angoissant que vous atteindrez la morphine. ' Espérons que Reilly et Ferrell pourront se remettre rapidement de l'un des pires films que 2018 ait à offrir.